Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Francesco TOLVE

? – ?

Tolve fait partie des meilleurs fruits de l'école napolitaine – il est originaire de Naples – et participe au raz-de-marée du genre dans toute l'Italie au cours des années 1730.

On le découvre dans sa ville natale en 1725, dans Il Premio dell'innocenza de F. Corradini, avec Antonia Colasanti et Filippo Giorgi, au Teatro Nuovo ; jusqu'en 1727, il y participe aux opere buffe napolitains. Rome marque un tournant : après une première saison dans des rôles comiques au Capranica en 1729, le jeune Francesco Tolve commence à briller dans les mémorables créations de Métastase et Vinci en 1730, rejoignant Carestini, Appiani et Farfallino dans les premiers Alessandro nell'Indie et Artaserse de l'histoire – amorçant une longue série –, respectivement comme Gandarte et Artabano. Il participe aussi à La Contesa de' Numi des même auteurs, avec Domenico Ricci en plus des castrats déjà cités.
Entre 1730 et 1735, c'est dans l'opéra séria au San Bartolomeo que notre ténor retrouve Naples, par exemple dans Ezio de Hasse avec le soprano Scalzi. Il s'impose notamment dans les opéras de Leo et Pergolesi. De ce dernier, il doit chanter Claudio dans Salustia, avant des réarrangements de dernière minute dus à la mort de Nicolino, et assume finalement le rôle de Marziano. Il campe aussi un bouillant Osroa dans Adriano in Siria, avec Caffarelli et la Fumagalli. On l'entend très régulièrement à Venise, à commencer par 1734 pour la fameuse Merope de Giacomelli ou encore Berenice d'Araja, avec Farinelli ; en 1737-38 de nouveau avec Carlo Scalzi. Il chante Titus dans la première version de La Clemenza di Tito de Hasse, avec la Bordoni et Carestini, à Pesaro en 1735.

Sa carrière a alors une ampleur européenne : Tolve est à Londres en 1736-37 pour accompagner Farinelli, la Merighi, Montagnana ou encore Mlle Duparc, dans Merope de Broschi, Siroe de Hasse ou encore La Clemenza di Tito de Veracini.

On le retrouve à Turin à la fin de 1738 pour entamer la saison du carnaval, avec des opéras d'Arena et Leo, et la soprano Astrua. En 1739-40, Tolve se produit dans de nombreuses productions à Naples, parfois dans l'ombre d'Amorevoli, dont Siroe de Perez. On l'y retrouve en 1743-44 dans deux opéras de Leo et Hasse. Entre-temps, Tolve crée Merope de Jommelli et des pages d'Arena et Porpora à Venise, avec la Tesi, Antonia Negri-Tomij et Porporino. La saison suivante se déroule à Rome, puis Naples et à nouveau Rome en 1745-46, par exemple dans Orazio Curiazio de Sellitto avec le soprano Lorenzo Ghirardi.

On peut supposer que ses apparitions sont ensuite réservées au répertoire sacré, puisqu'il fait partie de l'effecti de la chapelle royale de Naples. En 1765, il accompagne encore de fidèles chanteurs de cette chapelle en concert : Caffarelli, Aprile et Santi Barbieri.

Tolve est incontestablement l'un des tout premiers ténors de son temps, et participe à la popularité croissante de ce type de voix, avec Fabri, Amorevoli, Babbi et Barbieri. Sa voix était plutôt grave, de type baryténor, mais capable d'agilité.

Artaserse Artabano L. Vinci 1730 Rome
  Enregistrement au choix
Sant' Elena al calvario Eustazio L. Leo 1732 Naples
  Rôle transposé. A. Chiecheretti, Europa galante dir. F. Biondi – retransmission de concert, 2008
La Salustia [1] Claudio G.B. Pergolesi 1732 Naples
  C. Auvity, La Cappella della Pietà de’ Turchini dir. A. Florio – retransmission de représentations, Montpellier 2008
La Salustia [2] Marziano G.B. Pergolesi 1732 Naples
  V. Prato, Accademia barocca de I Virtuosi italiani dir. C. Rovadis – DVD Arthaus 2013
Adriano in Siria Osroa G.B. Pergolesi 1734 Naples
  Enregistrement au choix
Demofoonte Matusio Leo/Mancini/Sarro 1735 Naples
  Version abrégée en suédois. K. Rombo, dir. M. Tatlow – retransmission de représentations, Vadstena, 2005