Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Pietro DE MEZZO

? – ?

Aussi [Pietro Di Mezzo]

Pietro De Mezzo est vénitien, et même selon son surnom della Bragola, une place du marché.
Sa carrière semble se développer assez tôt en dehors de l'Italie, puisqu'il est annoncé à Amsterdam en 1754 comme arrivant de la cour de Brunswick. Pietro De Mezzo effectue alors une tournée en Hollande, qui passe aussi par Utrecht. Le ténor chante un temps à Vienne avec la Gabrielli, Mazzanti et Belli, notamment dans Il Re pastore de Gluck (1756) et La Caduta di Adamo de Galuppi.
Pietro est répérable à Padoue en 1760 (Solimano avec Marianna Bianchi et Veroli), Turin en 1760-61 dans Artaserse de J. C. Bach et Tigrane de Piccinni avant de chanter à Naples toutes les saisons du carnaval jusqu'en 1764. C'est l'occasion pour lui d'interpréter divers opéras avec le contralto Cicognani (dont Antigono de Piccinni), la Gabrielli (Armida de Traetta) ou encore un Caffarelli en fin de carrière dans une cantate de Cafaro.
L'année suivante, Pietro De Mezzo est à Venise, avec le castrat Antonio Goti, et donne par exemple Adriano in Siria de Guglielmi. Il intègre les effectifs de la chapelle de San Marco (où se produit le jeune Pacchierotti) et obtient une charge de professeur de chant aux Derelitti, l'une des institutions pour jeunes musiciennes dont la ville s'est fait une spécialité, sans cesser pour autant de chanter. Il reprend la célèbre Armida de Traetta en 1767, et interprète de nombreuses œuvres de Galuppi (Cajo Mario avec Luca Fabbris). Il passe également par le théâtre de Prague, où il chante avec Angela Calori en 1767.
En 1776, il est à encore à Venise et chante avec Guadagni en privé. Un livret de 1781 indique qu'il chante Charmi dans La Betulia liberata de Morosini, avec le castrat Casati.
Sa brillante carrière le mène également à Lucques, Bologne et Rome.

Il est souvent qualifié de basse (à San Marco notamment), ce qui doit traduire une voix assez centrale, pas franchement portée sur l'extrême agilité. Il est renommé comme professeur et se pique également de composer, laissant quelques duetti da studio pour deux sopranos conservés à Bologne.

Messa per San Marco basse B. Galuppi 1766 Venise
  D. Malvestio, Academia de li musici dir. F. M. Bressan – CD Chandos 2003