Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Antonio BOROSINI

ca 1655 – ca 1721

Aussi [Borrosini]

Antonio Borosini est eclipsé par la reputation de son fils Francesco, mais il est lui-même un ténor de talent fort recherché.
Antonio se produit à San Marco à Venise de 1679 à 1686, date à laquelle il est invité à la cour du duc de Modène, dont il conserve le titre de virtuose pendant des années.
Là-bas, Borosini senior se lie au maître de chapelle local, Antonio Gianettini, qui devient le parrain de Francesco à sa naissance. Les Borosini demeurent au service du duc jusqu'en 1692 au moins.
Ces postes n'empêchent pas le ténor d'honorer divers engagements dans le Nord de l'Italie, de 1690 à 1708, puisqu'on le retrouve à Rome, Gênes, Reggio Emilia, Venise, et Naples. En 1690, Borosini crée la Statira d'A. Scarlatti au Tordinona à Rome, avec les castrats Montalcino et Betti. L'opéra est un succès, et Borosini, dans le premier rôle d'Oronte, est jugé supérieur à tous. À Venise, Borosini chante Pollarolo en 1707, puis Armindo dans La Partenope de Caldara, avec la Scarabelli, Santa Stella, Carli et Nicolino l'année suivante.

Il est également invité régulièrement par l'électeur de Hanovre, entre 1689 et 1696 : il chante plusieurs opéras de Torri et Steffani, comme Briseide, ou Almaro dans Henrico Leone. Ces prestations lui permettent de fréquenter Chiaravalle, la Landini ou Clementino Hader.
En 1710 et jusqu'en 1711 seulement, Antonio est membre de la chapelle impériale de Vienne. Il participe au Muzio Scevola de G. Bononcini. Alors que sa carrière touche à sa fin et que la cour de Vienne lui assure une pension, Antonio enseigne le chant à son fils, dont la voix phénoménale et le talent dramatique marquent l'histoire du chant. Borosini père et fils paraissent ensemble à Vienne en 1714 dans Alba Cornelia de Conti.

Enrico Leone Almaro A. Steffani 1691 Hanovre
  D. Diwiak, Capella Agostino Steffani dir. N. Rovatkay – Disque Calig Verlag 1986