Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Maria Giustina TURCOTTI

ca 1700 – ?

dite la Turcotta

Aussi [Turchetti] [Mia Turcotti]

Cette soprano florentine acquiert une renommée considérable et jouit d'une carrière européenne fort longue.
La jeune Turcotti débute à Sienne et se produit dans sa ville natale en 1717. Elle demeurera une fidèle des scènes locales et l'une des interprètes favorites de l'impresario florentin Albizzi jusqu'en 1740, malgré sa disgrâce physique.
On entend Turcotti à Venise en 1722 avec le grand ténor Paita dans les musiques d'Albinoni et Chelleri. La soprano est Pulcheria face à la Costanza de la contralto Laurenti dans Isacio tiranno de Lotti à Livourne en 1725. Turcotti passe ensuite à Naples, puis Florence, où elle crée L'Atenaide de Vivaldi, spectacle auquel assiste Montesquieu. L'écrivain précise dans son journal : « c'est, dit-on, la seconde actrice d'Italie, Faustina étant la première. » Elle retrouve Livourne en 1729 avec le vieux castrat Pellegrini et la contralto Negri. La soprano est à Venise en 1731-32 avec les sopranos Finazzi et Valetta, par exemple dans Alessandro nell'Indie de Pescetti.
Giustina TurcottiLa Turcotti est très appréciée à Naples, où elle chante en 1734-35, notamment dans Adriano in Siria de Pergolesi, avec Tolve, Fumagalli et Caffarelli. Elle accompagne les débuts du tout jeune ténor Raaff dans une serenata de Caroli à Bologne, en 1738, avec le vieux maître Bernacchi. L'électeur de Bavière loue alors la « très belle voix » de la Turcotta, mais remarque que « la graisse excessive l'empêche de chanter sur le théâtre », ce que confirme l'impitoyable caricature de Zanetti ci-contre. En 1741, la voici pourtant encore à Florence avec Salimbeni, Amorevoli et la Parigi, notamment dans Arminio de G. Scarlatti. Le Florentin Albizzi écrit à son collègue de Reggio Emilia qu'elle est l'une des rares prime donne du moment, avec la Tesi, la Visconti et Teresa Baratti, mais est effectivement devenue « un monstre de chair ». Après Venise avec la Tesi dans des œuvres de Bernasconi, Hasse ou encore Jommelli, Turin accueille la diva en 1743-44, avec Gizziello et la contralto Elmi.

À l'instar de beaucoup d'étoiles pâlissantes ou de chanteurs de second rang, la Turcotti finit par rejoindre la troupe des Mingotti. Elle suit la compagnie à Dresde et y crée le premier rôle féminin des Nozze d'Ercole ed Iole de Gluck, face à une jeune et étonnante Regina Mingotti. La Turcotti fait encore partie de l'ensemble à Copenhague en 1749-50, et interprète les pièces de Scalabrini et Gluck sur des livrets de Métastase, avec Teresa Pompeati, le ténor Hager et le castrat Casati.
Connue localement sous le nom de Mia Turcotti, la cantatrice est engagée à la cour de Munich en 1750, et y demeure au moins jusqu'au début des années 1760. Elle participe à Semiramide et Amaltea ainsi qu'à L'Uomo, de Bernasconi (et autres) sur des livrets et parfois des musiques de Wilhelmine en personne, avec le castrat Leonardi ou Teresa Pompeati.

Elle meurt après 1763. Tous les témoignages s'accordent à faire d'elle l'une des meilleures cantatrices italiennes des années 1720 à 1740, même si elle est aujourd'hui moins connue que Cuzzoni ou Bordoni, qui ont eu la chance de collaborer avec Haendel. Sa tessiture de mezzo était restreinte, plus encore apparemment que la Bordoni, mais la beauté du timbre, sa technique excellente, son art de l'ornementation ainsi que sa musicalité et son jeu devaient largement compenser ces limites.

L'Atenaide Atenaide A. Vivaldi 1728 Florence
  Version révisée de 1730 : S. Piau, Modo antiquo dir. F. M. Sardelli – CD Naïve
Adriano in Siria Emirena G. B. Pergolesi 1734 Naples
  Enregistrement au choix
Demofoonte Dircea Leo/Mancini/Sarro 1735 Naples
  Version abrégée, en suédois : T. Bastrup Møller, dir. M. Tatlow – retransmission de représentations, Vadstena, 2005
Le Nozze d'Ercole ed Ebe Ebe C. W. Gluck 1747 Dresde
  Version abrégée : Berlin chamber orchestra dir. H. Koch – CD Berlin classics 2009 (produit en 1964)
La Contesa de' Numi Astrea C. W. Gluck 1749 Copenhague
  Royal Danish Opera – retransmission de représentations, Copenhague 1998