Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Therese TEYBER

1760 – 1830

Aussi [Teiber] [Theyber] [Tayber] [Täuber] [Teuber] [Deiber] [Taiber] [Taube] [Tauber] [Toiber] [Arnoldin]

Native de Vienne, Therese jouit d'un riche environnement musical, puisque son père Mattäus est violoniste à la cour ; de fait ses nombreuses sœurs deviennent également cantatrices, la plus glorieuse étant Elisabeth.
Therese étudie le chant avec la grande contralto Vittoria Tesi (mère supposée de ladite Elisabeth), et probablement le maestro Bonno. Elle acquiert la parfaite maîtrise d'un soprano aigu, comme on l'aimait alors tout particulièrement.

Therese Teyber débute dès 1778 avec le rôle de Fiametta dans Frühling und Liebe d'Ulbrich, avec sa sœur Elisabeth. Sa carrière au sein de la troupe allemande est lancée, et Teyber est également envisagée dans l'opera buffa italien, puisque c'est elle que Mozart a en tête lorsqu'il ébauche Lo Sposo deluso, dans le rôle de Metilde. Le livret de Da Ponte prévoie un air sur le texte suivant, qui semble appeler de la part du compositeur et de son interprète de multiples illustrations de pyrotechnies vocales :

Le virtuose
Che son famose
In La, Mi, Re
Son tutte state
Sotto di me.
Le note ferme,
Le fulminate
Trilli, cadenze,
Arcisaltate,
Tutto han potuto de me imparar.
E quelle ancora
Che già san l'arte
In ogni recita
In ver mi chiamano
La loro parte
Sempre a passar!

C'est à ce que compositeur que l'on associe par ailleurs la chanteuse : elle est sa première Blonde dans Die Entführung aus dem Serail, et Zerlina dans la reprise du Don Giovanni de 1788. En concert, elle chante Mozart (par exemple Parto, m'affretto de Lucio Silla) mais aussi Haydn, lors de la reprise du Ritorno di Tobia, où elle retrouve ses partenaires de la troupe allemande Cavalieri et Adamberger. Le répertoire de la troupe allemande est en fait en grande partie constitué d'adaptations d'opere buffe (Sacchini, Guglielmi, Paisiello) et opéra comiques français de Monsigny, Grétry etc. Quelques créations germaniques signées Umlauf ou encore Benda émaillent les saisons, et elle côtoie ainsi la Bernasconi en fin de carrière, Aloysia Weber-Lange, la basse Fisher et son épouse, Ignaz Saal et sa femme Anna Maria... Dans l'opera italien, elle incarne Livietta dans Fra i due litiganti de Sarti, I Filisofi immaginari de Paisiello, Gli sposi malcententi de Storace, etc. On reconnaît son charme vocal et son talent d'actrice, surtout pour camper de piquants personnages ancillaires, tout comme le ténor Dauer.

En 1785, Therese Teyber épouse un des ténors de la troupe, nommé Ferdinand Arnold. Le couple part en tournée et passe par Hambourg, Berlin, Varsovie et Riga. Elle se retire en 1791.

Die Entführung aus dem Serail Blonde W. A. Mozart 1783 Vienne
  Enregistrement au choix
Der Apotheker und der Doktor Rosalie C.D. von Dittersdorf 1786 Vienne
  D. Woodward, Staatsorchester Rheinische Philharmonie dir. J. Lockhart – CD Bayer records, 1981