Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Teresa SAPORITI

1763 – 1869

Aussi [-Codecasa]

Cette cantatrice reste avant tout la première interprète de Donna Anna dans Don Giovanni de Mozart. Elle n'exerce son talent versatile qu'une quinzaine d'années mais vit plus de cent ans !

Ses origines et ses débuts sont mal connus. Elle a deux sœurs qui deviennent également cantatrices : Antonia et Caterina. Antonia et Teresa intègre la compagnie de Pasquale Bondini en 1782 ; la première dispose d'une voix légère et agile tandis que la seconde incarne des rôles travestis dans lesquels la critique la juge peu habile. Le groupe se produit à Leipzig et Dresde avant de se fixer à Prague avec la mère des sœurs Saporiti. La réputation de Teresa est vite entachée : elle aurait donné rendez-vous à un jeune homme dans une église, et échangerait ses faveurs contre de l'argent volé... Teresa chante surtout l'opera buffa donné à Prague dans des reprises de Cimarosa, Paisiello, Anfossi, Bianchi etc. avec sa sœur et Antonio Baglioni. Antonia meurt à Milan en 1787, mais la cadette Caterina, qui a épousé le directeur Bondini, participe avec Teresa à la première de Don Giovanni la même année en incarnant Zerlina. Ce rôle est alors considéré comme le premier de l'œuvre, et celui que s'arroge toutes les prime donne ; de fait Caterina avait suscité l'engouement du public l'année précédente en reprenant Susanna des Nozze di Figaro à Prague.

Teresa semble quant à elle disposer d'un tempérament mieux adapté aux mezzo carattere et rôles sérieux. Elle retourne en Italie après le succès de Don Giovanni et chante Semiramide dans La Vendetta di Nino de Prati à Lucques, et à Venise en 1788-89 dans Artaserse de Bertoni puis Arsace et Rinaldo de Guglielmi, trois opéras sérieux dans lesquels se produisent également le castrat Andrea Martini et le ténor Ansani. Confirmée comme prima donna seria, Teresa paraît ensuite avec Rubinelli dans la Nitteti de Bianchi à la Scala. On l'entend encore à Bologne, Modène, Parme, et elle chante à Vérone en 1795 dans Fra i due litiganti de Sarti avec Francesca Benucci, fille supposée de la célèbre basse.
Cette même année, Teresa part pour la Russie en tant que prima buffa assoluta : elle s'assure de généreux succès dans les œuvres d'Astaritta qui dirige la compagnie, L'Italiana in Londra de Cimarosa et Il Barbiere di Seviglia de Paisiello créé à St-Pétersbourg même par Anna Davya De Bernucci, donnant aussi quelques concerts à Moscou (1796). Dans la troupe figure les frères Paolo et Stefano Mandini.
Quittant la Russie, Teresa s'illustre à Vienne en 1796-97 et crée notamment Il Moro de Salieri avec la basse Angrisani et le ténor Baglioni. Elle semble de retour en Italie en 1798 et chante dans Merope de Nasolini à Livourne, portant le nom de son époux, Codecasa (du nom du chanteur bouffe Luigi Codecasa ?).

On retrouve la chanteuse à Milan au cours du siècle suivant, alors qu'elle tient un salon fréquenté par Verdi qui y présente Nabucco avant sa création. Elle lègue deux airs publiés dans un recueil en 1796.

Don Giovanni Donna Anna W. A. Mozart 1787 Prague
  Enregistrement au choix