Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Marianne PIRKER

1717 – 1782

dite La Tedeschina

Aussi [La Todesca] [Marie-Anna] [Marianna] [Pircher] [Geyerseck-Pirker] [Pirkerin] [Pircker]

Marianne von Geyerseck est Allemande, originaire d'Eschenau près d'Heilbronn. Elle épouse le violoniste Franz Joseph Karl Pirker à l'âge de vingt ans, et débute sous ce nom.
On la retrouve dans une production de L'Adelaide de Vivaldi, à Graz, en 1739, avec Teresa Peruzzi et Elisabetta Moro. Elle intègre en effet la troupe des Mingotti et se produit à Hambourg avec le castrat Zaghini, en 1740.
De 1743 à 1747, sa réputation va grandissante sur les scènes italiennes : elle est Semira dans Artaserse de Terradellas, puis Rossane dans Temistocle de Bernasconi à Venise en 1743-44 ; en 1745, elle prend part au pasticcio Zoe à Livourne avec Fumagalli et Pinacci.
Ses succès lui valent une invitation à Londres, lancée par lord Middlesex. L'accueil est enthousiaste – même si Burney lui trouve peu de talent – mais elle n'est pas assez rentable : le couple Pirker accumule les dettes et finit par fuir la capitale. De là, ils se rendent à Hambourg où ils intègrent la troupe des Mingotti. Marianne chante comme prima donna, et son mari se charge de traduire des livrets. C'est pour Marianne l'occasion d'interpréter une œuvre d'un jeune compositeur à la réputation montante : Gluck, dont elle créé La Contesa de' Numi à Copenhague, avec le castrat Antonio Casati et le ténor von Hager.

En 1750, les Pirker se fixent à Stuttgart, où ils montent avec succès leur propre compagnie : la première œuvre jouée est Artaserse de Graun. La soprano incarne ensuite Libia dans la première version du Fetonte du maître de chapelle Jommelli en 1753, puis Marzia dans Catone in Utica, Ippodamia dans Pelope (1755), ou encore Mandane dans Artaserse, en 1756. Il semble que le couple Pirker forme même un ménage à trois avec le castrat Giuseppe Jozzi, connu dans la troupe des Mingotti et engagé à Stuttgart ! Mais c'est la fréquentation du couple ducal qui coûte cher à Marianne : alors que le duc de Württemberg est en plein conflit avec son épouse, la soprano est soudain mise sous les verrous arbitrairement, payant l'amitié et le soutien qu'elle témoigne à la duchesse. Elle reste en prison pendant huit ans ! Ce n'est que sur intervention des impératrices de Russie et d'Autriche que le duc Carl Eugen la relâche, en 1764.
La pauvre cantatrice s'établit à Heilbronn, sa ville d'origine, et se consacre à l'enseignement. Sa fille Luisa chante également des seconds rôles à la cour.

Artaserse Semira D. Terradellas 1743 Venise
  S. Im, Real Compañía Ópera de Cámara dir. J. B. Otero – CD RCOC 2009
La Contesa de' Numi La Pace C. W. Gluck 1749 Copenhague
  Royal Danish Opera – retransmission de représentations, Copenhague 1998