Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Maria Rosa et Anna NEGRI

1712 – 1760

Aussi [Negri-Pavona]

Peut-être sœur de la fameuse contralto bolonaise Maria Caterina Negri, d'Anna (Rosa) Negri et probablement de l'Antonia Negri qui se produit régulièrement à Venise ainsi que de Rosa Negri-Risack, (Maria) Rosa étudie à Bologne.

En 1724, elle est engagée avec sa sœur présumée Anna par le prince électeur de Dresde, en même temps qu'Annibali, Rocchetti, Cattenea ou encore Casimiro Pignotti. Le roi de Pologne et électeur de Saxe investit lourdement dans ses nouveaux poulains, et les fait former à grands frais avant leur arrivée effective à la cour ; ainsi les Negri sont-elles reçues plusieurs années à l'ospedale della Pietà, sur demande officielle. Tous arrivent fin prêts à la cour à l'été 1730, mais les Negri ne participent pas à Cleofide, qui ouvre une grande page de la musique dresdoise. En tant que femme, Rosa n'est pas habilitée non plus à se produire dans l'église catholique locale.

Elle est alors souvent confondue avec une autre Rosa Negri (une sœur ?) qui paraît alors aux côtés de la contralto Maria Caterina Negri, notamment à Londres. Cette deuxième Rosa est cependant peu douée vocalement et n'a pas les moyens de notre chanteuse de la cour de Saxe, soprano plutôt aiguë spécialisée dans l'agilité !

Si Anna ne séjourne à Dresde que jusqu'en 1740 avant d'entrer dans les ordres en Italie (elle se produit tout de même dans diverses œuvres de Hasse et Ristori), Maria Rosa, ensuite épouse Pavona, s'impose comme un pilier de la troupe durant de nombreuses années. À la cour de saxe, Rosa se produit avec la célébrissime Faustina Bordoni, ainsi que le castrat Annibali et le ténor Amorevoli. Elle participe notamment à La Clemenza di Tito en 1738, La Spartana Generosa en 1743 avec Carestini, L'Asilo d'amore en 1744, Arminio en 1745, Attilio Regolo en 1750... Dans cette dernière œuvre, on commence à critiquer son physique vieillissant et son embonpoint tout en précisant que sa voix compense ces défauts (cf. gravure ci-dessus dans le rôle de Barce). Dans un registre plus léger, Rosa Negri chante Alcina dans Le Fate de Ristori, avec la basse bouffe Cosimo Ermini et sa sœur Anna en Melissa. Elle participe aussi probablement à Il Diamante de Zelenka en 1737.

Caterina Pilaja s'octroie les places de seconde donne à l'opéra au cours des années 1750, mais en 1756 Maria Rosa reçoit toujours un traitement d'environ 1300 thalers, toujours membre officielle de la chapelle. C'est à Dresde que la chanteuse termine ses jours.
Le rôle de Barce est dramatiquement un rôle tout à fait accessoire, mais qui s'offre le luxe de venir commenter l'action et clore les deux premiers actes par un air virtuose, privilège généralement réservé aux vedettes.

Le Fate Melissa & Alcina G. Ristori 1736 Varsovie
  Anna Negri : C. Nahadi Babelegoto / Rosa Negri : F. Carnevale, Ensemble Alraune dir. M. Solazzo et S. Zanobini –DVD Novantiqua 2016
Didone abbandonata Selene J. A. Hasse 1742 Dresde

Version adaptée : M. Hinterdobler, Hofkapelle München dir. M. Hofstetter – CD Naxos
Antigono Ismene J. A. Hasse 1743 Hubertsburg
> air Perchè due cori insieme Extraits. J.-P. Schulze, Batzdorfer Hofkapelle dir. S. Maass – retransmission du concert, Lohmen Kirche 1999S.
I Lamenti d'Orfeo Calliope G. Ristori 1749 Dresde
  E. Cecchi-Fedi, Les Muffatti dir. P. van Heyghen – retransmission de concert, 2007
Attilio Regolo Barce J. A. Hasse 1750 Dresde
  C. Fuggiss, La Cappella Sagittariana dir. F. Bernius – retransmission de représentations, Dresde 1997