Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Chistel MONJO & MONJO junior

? – 1737 (Christel)

dites Monjo d.ä et d.j.

Aussi [Monjio] [Montjou]

La carrière de ces deux sœurs cantatrices allemandes se déroulent apparemment exclusivement à l'opéra de Hambourg, au Gänsemarkt, joyau de l'opéra baroque. Elles sont originaires de Köthen où leur père Jean-François Monjo (Montjou ?) est employé du prince Leopold. C'est là-bas que démarre leur carrière. En 1717-18, elles se trouvent à Wittemberg et chante sous la houlette de Kuntzen.
L'aînée se prénomme Christel, et le nom de la cadette reste inconnu ; on les distingue dans les livrets par d.ä (die ältere) et d.j. (die jungere) ou encore senior ou junior, respectivement. Diverses sources indiquent que l'aînée chante les parties d'alto, mais sa partie dans Jodelet indique plutôt un soprano grave ; Monjo junior possédait sans doute un soprano plus clair. Dans les adaptations d'opéras de Haendel, traduites et largement modifiées par le directeur de l'opéra Telemann, Monjo d.ä. endosse en effet les rôles à l'origine pour alto, comme Irene dans Tamerlano en 1725 ou dans Muzio Scevola en 1723.
Parmi les autres reprises fortement adaptées au goût local (avec un mélange d'italien, de français et d'allemand, dans les styles correspondant), Monjo l'aînée chante Junon dans Amphitryon de Gasparini (1725) et Nebucadnezar de Keiser (1728), Monjo junior reprend Leonore dans Die siegende Schönheit inspiré de l'entrée L'Amour saltimbanque des Fêtes vénitiennes de Campra, et les deux brillent dans le pasticcio arrangé par Keiser Der lächerliche Prinz Jodelet en 1726 ou encore Pharao und Joseph de Caldara deux ans après. Monjo junior reprend aussi l'intermezzo de Sarro Brunetta e Burlotto en 1725. L'opéra présente également des créations : les Monjo prennent part au doublé Cimbriens allgemeine Frohlocken (Telemann) en prologue au Brestilaus de Keiser. Outre ces deux compositeurs, on joue aussi Kuntzen, von Linike, Mattheson, Desmaret et Porpora.
Un certain Monsieur Monjo fait partie de certaines distributions, certainement comme danseur, et peut-être aussi vocaliste (Cupidon dans Ariadne de Keiser en 1724 alors que les sœurs jouent Vénus et Phèdre). Il est sûrement lié aux demoiselles d'une manière ou d'une autre. Du reste, les Monjo ne sont pas les seuls à paraître en famille : leurs partenaires réguliers sont les frères Riemschneider (l'aîné est la basse principale de la troupe, et le cadet ténor) et la jeune Mlle Kayserin fille du compositeur Keiser à ne pas confondre avec la prima donna Margaretha Susanna Kayser. Durant les années 1720 s'illustre aussi Domenica Polon, et le castrat contralto Campioli.
Au début de l'année 1729, Monjo d.j. quitte Hambourg avec un certain Müller, sans doute poète et auteur de livrets, qu'elle épouse.

Un commentaire daté de 1726 précise que « la jeune Montjou a bien joué, mais était vraiment trop maquillée. » La même année, un certain Albrecht Haller écrit « Pollone chanta excellemment. Les deux Montjou sont moyennes, mais la plus jeune sait exprimer quelque passion. »

Damon [2] ? G. P. Telemann 1724 Hambourg
[Version 1724] La Stagione Frankfurt dir. M. Schneider – CD WDR. Attribution incertaine
Omphale Omphale [senior] Telemann et al. 1724 Hambourg
> airs Ein tröstendes Hoffen * Kannst Du wohl was an mir finden D. Mields, L’Orfeo Barockorchester dir. M. Gaigg – retransmission de concert, Francfort 2011
Orpheus ? G. P. Telemann 1726 Hambourg
  Akademie für alte Musik Berlin dir. R. Jacobs – CD Harmonia mundi. Attribution incertaine
Der Lächerliche Prinz Jodelet Laura & Isabella R. Keiser et al. 1726 Hambourg
[Respectivement senior & junior] I. Kalna & J. Sukmanova, Philharmonisches Staatsorchester Hamburg dir. A. De Marchi – retransmission de représentations, Hambourg, 2004
Miriways ? G. P. Telemann 1728 Hambourg
  Musica Antiqua Köln dir. R. Goebel – retransmission de concert, Magdebourg, 1992. Attribution incertaine.
Emma und Eginhard ? G. P. Telemann 1728 Hambourg
  dir. M. Schneider – retransmission de représentations, Giessen, 2008. Attribution incertaine
Nebukadnezar [2] ? R. Keiser 1730 Hambourg
> extraits E. Scholl, La Ricordanza – CD Coda, 2001
Aesopus ? G. P. Telemann 1729 Hambourg
> air Più del fiume da diletto E. Mathis, Camerata Köln, dir.Würzburg Instrumental Ensemble dir. J. Ulsamer – Telemann, Der getreue Musik-Meiser, CD Arkiv Produktion 1996
Richardus I ? Telemann/Haendel 1729 Hambourg
  Akademie für alte Musik Berlin dir. N. McGegan – retransmission de représentations, Magdebourg, 1996. Attribution incertaine