Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Maria MANDINI

? – ?

Soprano d'origine française, né Vésian, Maria épouse le chanteur Stefano Mandini, célèbre pour ses incarnations dans l'opéra bouffe. Elle est extrêmement souvent confondue avec sa sœur ou sa mère (sources très discordantes !) Maria Anna Piccinelli (épouse Vésian), également cantatrice. Mais c'est probablement elle que désigne le nom de Piccinelli-Mandini.

Maria MandiniMaria Mandini et son mari sont engagés dans la troupe du Burgtheater de Vienne en 1783, en même temps que la Storace. Les Mandini débutent dans une reprise de L'Italiana in Londra de Cimarosa, la même année. On l'entend également en comtesse dans Fra i due litiganti il terzo gode de Sarti. En 1786, la cantatrice incarne Marcelline dans Le Nozze di Figaro de Mozart, avec son époux Stefano, Benucci ou encore Luisa Laschi, après avoir créé Marina dans Il Burbero di buon core de Da Ponte et Martín y Soler. Zinzendorf lance un commentaire lapidaire dans son journal, à propos de cette création : « La Storace chanta bien, Benucci joua parfaitement, la Mandini nous fit voir ses beaux cheveux. »
Elle joue la nymphe Britomarte dans L'Arbore di Diana de Martín y Soler en 1787, avec le ténor Calvesi et la Morichelli. Cette même année marque plusieurs participations aux concerts de la Tonkünstler-Societät, dans un morceau de Wagenseil avec la Cavalieri, et Moisè in Egitto de Koželuch.
Le couple Stefano et Maria Mandini quitte Vienne et chante un temps en Italie, à Naples, avant de rejoindre Paris pour 1789 : la troupe italienne donne l'opéra bouffe dans la salle des Machines des Tuileries, avec la Morichelli et Rovedino. Les troubles de la capitale les chassent toutefois du lieu, réinvesti par la famille royale. Dans ses Mémoires d'outre-tombre, Chateaubriand écrit d'ailleurs : « On courait entendre chanter Mandini et sa femme, Viganoni et Rovedino à l'Opéra Buffa, après avoir entendu hurler Ça ira ». Maria Mandini y tient le rang de première chanteuse, mais n'est pas la seule, puisqu'on compte aussi la Morichelli, Mlle Baletti ou Mlle Galli comme prétendantes au titre. Maria alterne donc avec les autres chanteuses dans Il Geloso in cimento d'Anfossi, La Pastorella nobile de Guglielmi, ou reprend Dori, créée par la Coltellini, dans La Grotta di Trofonio de Salieri. En 1792, au grand dam du public, Mandini et son épouse quittent la troupe pour se rendre à Madrid.

On sait assez peu de choses sur la suite de sa carrière : elle accompagne Stefano à St-Pétersbourg mais n'apparaît dans aucun programme, ce qui penche en faveur d'un retrait des scènes. Son charme ne semble guère avoir tenu à ses qualités vocales, comme l'indiquent plusieurs commentaires. Les rôles écrits pour elle sont plutôt graves, pour mezzo-soprano, et l'air de Marcelline Il capro e la capretta – trop systématiquement coupé – contient des vocalises qui exigent plus qu'une simple chanteuse de caractère. Voici ce qu'affirme Arthur Young dans ses chroniques de voyage à Paris, après avoir vu La Villanella rapita de Bianchi :
La musique de cette pièce est charmante, d'un jeu agréable et élégant, avec un duo entre la signora Mandini et Viganoni de la plus grande beauté : la première captive par son chant ; sa voix est peu de chose, mais sa grâce, son expression, son âme, tout excite des sensations délicieuses.
Après ses débuts locaux en 1789 le Mercure de France précise :
La Signora Mandini, dont un enrouement subit avait empêché de juger les moyens à la 1re représentation, a complètement réussi aux suivantes. Sa voix n'est ni très-forte, ni si l'on veut, très-belle ; mais sa manière de chanter, simple & proportionnée à ses facultés, est de très bon goût et remplie d'expression ; & et puis elle joue avec tant de grâce, de mignardise, de gaieté, de finesse, qu'on oublie bientôt, ce qui peut lui manquer du côté de la voix.

Il Burbero di buon cor Marina V. Martín y Soler 1786 Vienne
  C. Diaz, orquesta sinfónica de Madrid dir. Christophe Rousset – DVD Dynamic, 2009
Le Nozze di Figaro Marcellina W. A. Mozart 1786 Vienne
  Enregistrement au choix
L'Arbore di Diana Britomarte V. Martín y Soler 1787 Vienne
  A. Garmendia,  orchestre du Liceu de Barcelone dir. H. Bicket – retransmission de représentations, Barcelone, 2009
S. Vasquez – retransmission de représentations, Valence 2008
Moisè in Egitto Aaron L. Koželuch 1787 Vienne
  L. Perillo, Das kleine Konzert dir. H. Max – CD CPO