Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Franziska KOCH

1748 – 1796

Aussi [Girenek] [Gieranek] [Francesca] [Franziska Romana] [die Kochinn]

Franziska KochFranziska Gieranek voit le jour à Dresde, alors que la ville est encore en plein rayonnement musical avec Hasse.
Elle débute sur les planches en 1765 dans la compagnie théâtrale de G. H. Koch, bénéficiant de l'enseignement de Gerber pour le clavier, et de Schweitzer pour le chant. Franziska épouse aussi le chef de ballet Friedrich Karl Koch.
Sa réputation est déjà flatteuse, et lorsque son maître Schweitzer est chargé d'ajouter l'opéra au théâtre dans la troupe de Seyler à Weimar, il fait naturellement appel à la brillante soprano. La compagnie accueille aussi Josepha Hellmuth et son mari, et crée l'un des jalons déterminants de l'opéra allemand : Alceste de Schweitzer sur un livret de Wieland, en 1773. Les mêmes musiciens proposent aussi Aurora en 1772 ou encore Elysium dans lequel Koch chante un air à vocalises sur le thème du rossignol. Les œuvres sont chantées en allemand mais inspirées de la musique italienne, et de l'opéra français, comme le Walder inspiré du Sylvain de Grétry et Marmontel, dans lequel Koch chante Sophie. En 1772, elle avait été Galathée dans le Pygmalion de Schweitzer inspiré de Rousseau.

En 1777 le couple Koch quitte Gotha et intègre la troupe de Pasquale Bondini fondée à Dresde. Le public dresdois lui accorde très vite sa faveur, louant sa noble stature, sa grâce et la plénitude de sa voix. Parmi ses prestations, Cora und Alonso de Naumann, dans lequel Franziska chante le premier rôle masculin, ensuite repris à Stockholm par le ténor Stenborg. Toutefois, cinq ans plus tard, Bondini met fin à ses représentations d'opéras. L'année suivante, Koch reparaît à Dresde, mais ne se consacre plus qu'au théâtre, à l'instar de son époux. On la retrouve néanmoins à Braunschweig puis Prague au début des années 1780, notamment dans Zemire und Azor (adapté de Grétry), et avec la Schindlerin. Elle se retire de la scène en 1787.

Sa présence sur scène était encore augmentée par son charme et l'intensité de ses beaux yeux noirs.
Ne pas confondre Franziska avec la plus modeste Armelina Koch, active à Berlin pendant les années 1760 et 1770. Deux des filles de Franziska Koch deviennent des actrices réputées.

Alceste Alceste A. Schweitzer 1773 Weimar
  S. Schneider, Concerto Köln dir. M. Hofstetter – CD & DVD Berlin Classic, 2007
Romeo und Julie Julie J. Benda 1776 Gotha
  H. Kordes, La Stagione Frankfurt dir. M. Schneider – CD CPO
Cora und Alonso Alonso J. G. Naumann 1779 Dresde
  B. Fink, Concerto Köln dir. R. Jacobs – retransmission de concert Dresde