Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Anna GUGLIELMINI

? – ?

Aussi [Guglielmi] [Guielmini] [Guglielmina] [Anna Alessandra]

Soprano née à Bologne.
On trouve sa trace à Bologne en 1711, dans un rôle travesti. On la retrouve encore sur place entre 1716 et 1718 dans diverses productions. Elle paraît également une première fois à Venise dans L'Innocenza riconosciuta de Pollarolo, avec la Giusti et Felice Novelli débutant. Florence l'applaudit dans trois œuvres en 1718, dont Scanderberg de Vivaldi, où brillent surtout la jeune Cuzzoni et le castrat Carboni. Son activité est très intense et passe par Sienne, Brescia (Alessandro severo de Chelleri avec la contralto Laurenti), Modène, Livourne... En 1722, elle repasse à Venise (avec Carestini) puis rejoint Milan où elle demeure deux années, donnant entre autres La Caduta de Decemviri de Porta avec la Posterla. Naples l'accueille en 1724 et 1725, par exemple dans l'Eraclea du prodige local, Vinci, aux côtés de Farinelli et des contraltos Vico et Tesi. Ensuite, Anna se fait entendre à nouveau dans le nord du pays, investissant notamment Reggio et Mantoue, ainsi que Gênes. À Bologne la même année (1728), elle chante dans Teodorico de Buini avec le castrat Signorini et le ténor Tomii. La dernière prestation connue de Guglielmini a lieu à Pesaro en 1731 en Mandane du tout nouveau livret à succès, Artaserse.

De Naples, voilà ce que déplore le castrat Scalzi :
Ici, on réclame des beautés ou des putains professionnelles, tout en dénigrant Faustina, Tesi, Merighi, Vico et les nombreuses autres qui viennent ici, à l'exception de Guglielmini.
Owen Swiney l'entend dans L'Amor eroico de Brusa à Venise en 1725, et la trouve très jolie mais piètre chanteuse, lui préférant la contralto Santa Marchesini. La Guglielmini est une interprète régulière des meilleures scènes, avec un agenda plutôt chargé pendant une vingtaine d'années, et a surtout incarné des premiers et seconds rôles féminins ou masculins, ce qui permet de douter qu'elle ait été tout à fait au niveau des toutes meilleures de l'époque.