Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Francesca GABRIELLI

ca 1735 – ?

dite Checca

Cette chanteuse dispose d'une voix de soprano court ou mezzo-soprano, peu agile.
Pourtant, malgré ses moyens limités à une époque où la surenchère vocale est de mise, elle se fait entendre dans beaucoup de théâtres européens : c'est en raison de ses liens avec l'immense virtuose Caterina Gabrielli. La littérature ne s'accorde pas sur la relation entre les deux chanteuses, parfois considérées comme sœurs, parfois non. On affirme aussi parfois qu'elles prennent le nom de Gabrielli en hommage à un mécène romain. Quoi qu'il en soit, pour engager la grande soprano Gabrielli, il fallait également accepter Francesca comme seconda donna ; quel que soit leur lien, Caterina a indéniablement porté à bout de bras la carrière d'une proche peu douée. C'est donc presque toujours dans l'ombre de Caterina que paraît notre chanteuse.

Dès les années 1750, débuts de Caterina, c'est le cas : à la cour viennoise, Caterina enchante dans Il Re pastore de Gluck ou encore Le Cacciatrici amanti de Wagenseil, avec Francesca, en 1755-56. La même année, elles sont à Venise où Francesca incarne un personnage masculin dans Astianatte de Pampani, avec le soprano Carlo Nicolini, mais c'est à Vienne qu'elles séjournent jusqu'au début des années 1760.

Après Turin en 1761-62, avec Aprile et le ténor Ottani, les Gabrielli sont à Milan en 1762. Fixée à Naples, Caterina se produit d'abord avec d'autres chanteuses dans Piccinni, Bach, etc. mais en 1765-66 et 1766-67, Francesca est bien sa seconda donna au San Carlo. Elle va jusqu'à remplacer Caterina malade pour deux représentations, et se produit aussi parfois avec la Girelli, par exemple dans Il Re pastore de Piccinni. Francesca est expulsée de la ville pour mauvaise conduite, mais y revient en 1769, après un séjour à Palerme où les Gabrielli s'imposent notamment dans Achille in Sciro de Naumann. Francesca se fait encore expulser de Naples !

Francesca accompagne encore Caterina à la cour de Saint-Pétersbourg entre 1772 et 1775, où elles chantent Traetta. Francesca, contrairement à sa sœur, participe à l'opera buffa, et donne La Frascatana de Paisiello, récoltant un certain succès. Les Gabrielli passent ensuite une saison à Londres, où Francesca chante seule dans un opera buffa, La Sposa fedele Guglielmi, avec le castrat Savoj, mais aussi dans le grand genre avec Caterina. Fanny Burney écrit avant leur arrivée à Londres : « Une sœur de Gabrielli doit être la seconde chanteuse, et j'ai entendu dire qu'elle était très jolie, sans autres renseignements ».

De retour en Italie, les voici à Venise, puis Lucques. En 1780, Francesca est le rôle titre de la Nitteti d'Anfossi à Venise... mais le rôle principal est bien celui de Caterina, Beroe. Elle se produit au San Benedetto jusqu'en 1782, inerprétant aussi Borghi avec Rubinelli. C'est alors la fin d'une longue carrière dans l'ombre de sa sœur présumée. Lord Edgcumbe la juge tout simplement « a miserable performer ».

Elle est souvent confondue avec Francesca Gabrieli [Gabrielli], contralto réputé à l'Ospedaletto de Venise dans les années 1770 surnommée Ferrarese, et à cause de cela avec Adriana Ferrarese del Bene. La Gabriellina présentée dans différents dictionnaires anciens est probablement un mélange des trois.

Armida Fenicia T. Traetta 1761 Vienne
  F. Carnevale, orchestra internazionale d’Italia dir. D. Fasolis – retransmission de représentations, Martina Franca 2014
Il Re Pastore Tamiri N. Jommelli 1765 Naples
  D. Diomede, Orchestra internazionale d'Italia dir. G. B. Rigon – retransmission de représentations, Martina Franca 2008
Il Bellerofonte Briseide J. Mysliveček 1767 Naples
  K. Laki, Prague Chamber Orchestra dir. Z. Peskó – CD
Antigona Ismene T. Traetta 1772 St-Pétersbourg
  A.-M. Panzarella, Les Talens lyriques dir. C. Rousset – CD Decca