Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Margherita DURASTANTI

ca 1685 – ?

Aussi [Durastante]

La date de naissance exacte de la Durastanti n'est pas connue, mais on la repère en 1700 dans un pasticcio donné à Venise puis à la cour de Mantoue (La Forza dell'amicizia), où elle est peut-être employée, dans des rôles travestis avec le castrat Pellegrini et la Landini. On la retrouve encore en 1703 à Casale Monferrato dans La Statira. Dès début 1707, elle est l'étoile des musiciens protégés et entretenus par le prince Ruspoli à Rome, l'un des plus grands mécènes de la ville et membre du mouvement de l'Arcadie. Elle y interprète en privé – les femmes n'ont pas le droit de se produire en public dans les États du pape – des œuvres de Haendel lors de son passage dans la capitale, et probablement de Scarlatti et Caldara. Dans ce palais, elle côtoie d'excellents vocalistes des collèges religieux de la ville, notamment la chapelle Sixtine, comme la basse Cinotti, le ténor Chiccheri et les castrats Luparini, Finaja, Betti... La littérature rapporte que sa prestation dans La Resurrezione, œuvre sacrée, vaut une réprimande à Ruspoli – ce qui est attesté –, et qu'elle y a été remplacée par un castrat, mais cette hypothèse n'est pas convaincante.

Entre 1709 et 1712, Durastanti est prima donna sur la scène des Grimani à Venise, le plus prestigieux théâtre de la ville. Flanquée de sa rivale la brillante Diamantina, Margherita retrouve Haendel pour l'opéra Agrippina, dont le succès est fracassant. La Durastanti est considérée comme l'une des toutes premières chanteuses d'Italie, et sa gloire l'amène entre Bologne, Milan, Reggio Emilia, Florence, Gênes, Parme, Vicence... Parmi ses créations, citons Amore e Maestà d'Orlandini, Eumene de Borghi et le rôle titre de Il Giustino d'Albinoni. En 1715-17, elle s'impose à Naples dans une dizaine de productions et crée notamment Carlo, re d'Allemagna d'Alessandro Scarlatti, avec Senesino. Les deux chanteurs sont recrutés par Veracini pour la cour de Saxe, où l'électeur a l'ambition de réunir les meilleurs vocalistes de son temps pour s'illustrer dans la « Florence de l'Elbe » : outre les deux virtuoses, la compagnie compte Santa Stella, le castrat Berselli, Johanna Elisabeth Hesse (du clan Döbricht régnant sur l'Allemagne du Nord), Maddalena Salvai, la basse Boschi et le ténor Guicciardi, ensuite rejoints par la Tesi et la Coralli. Ce somptueux ensemble crée divers opéras de Lotti, dont Giove in Argo et Teofane, ainsi que des pages d'Heinichen. C'est dans la Teofane de Lotti en 1719 qu'Haendel retrouve la Durastanti et la recrute pour l'Académie royale de musique de Londres : ce sera le prolongement d'une collaboration durable entre deux musiciens qui s'estiment au plus haut point

Margherita DurastantiArrivée en Angleterre, la Durastanti débute dans Numitore de Porta en 1720 avant de chanter le rôle titre de Radamisto de Haendel, avec nombre des meilleurs chanteurs britanniques : Ann Turner Robinson, Alexander Gordon et Anastasia Robinson. Elle participe également au Narciso de D. Scarlatti, se présente au public londonien dans un concert et, quand arrive le grand Senesino, récupère le rôle de Zenobia dans Radamisto. En 1721, elle donne naissance à une fille dont le roi George et la princesse sont parrains. La soprano quitte un temps la scène londonienne pour se produire à Munich avec Bernacchi et à son retour, malade, ne participe pas à tous les opéras donnés. On la retrouve néanmoins entre 1722 et 1724, par exemple dans Flavio ou Giulio Cesare, mais elle doit alors rivaliser avec la jeune et stupéfiante Francesca Cuzzoni, qui s'octroie tous les premiers rôles féminins.
Après un concert d'adieu à Londres au cours duquel la cantatrice interprète But let old charmers de Pope écrit pour l'occasion, Duranstanti chante à Paris en 1724, mais revient à Londres pour chanter des pasticci proposés par Haendel, comme Semiramide riconosciuta, Caio Fabrizio et Arbace. Elle rejoint la troupe du Saxon à l'époque de Carestini et de la Strada, et crée Tauride dans Arianna in Creta en 1734 avec des reprises de Sosarme (Haliate) et Il Pastor fido (Eurilla). Après la saison 1733-34, où elle laisse des impressions mitigées, on n'entend plus guère parler d'elle.

La Durastanti est l'interprète ayant collaboré le plus longtemps et le plus fidèlement avec Haendel. Tous les rôles écrits pour elle reflètent le talent d'une interprète racée à la voix centrale (ré3la4 en début de carrière, si2 – sol4 à la fin) étrangère aux effets gratuits bien que capable d'éclats virtuoses. Sa vaste palette dramatique et son art expressif sont pleinement exploités par Haendel qui lui réserve nombre de ses meilleurs pages, comme le rôle d'Agrippine et l'étonnante scène Pensieri, voi mi tormentate. Elle était encore capable, après plus de trente ans de carrière, d'affronter un rôle aussi exigeant que le général Tauride ! La Durastanti excellait dans la sicilienne, mais aussi dans les airs tortueux à l'intonation savante et les grands écarts.
Son physique était peu avenant, et elle chantait souvent des rôles masculins (Sesto, Vitige, Tauride..), ou de femme à poigne (Agrippina, Gismonda...) : le librettiste installé à Londres Paolo Rolli la qualifie d'« éléphant » et Burney la définit comme « rude et masculine. »

cantate Tu fedel? Tu costante? G. F. Haendel 1707 Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
Salve regina G. F. Haendel 1707 Vignadello
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
cantate Armida abbandonata Armida G. F. Haendel 1707 Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
No se emendera jamas G. F. Haendel 1707 Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
Sans y penser Silvie ? G. F. Haendel 1707 Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
cantate La Lucrezia Lucrezia G. F. Haendel 170? Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
La Resurrezione Maddalena G. F. Haendel 1708 Rome
  Enregistrement au choix
cantate Olinto pastore Olinto G. F. Haendel 1708 Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
cantate Il Duello amoroso Amarilli G. F. Haendel 1708 Rome
  Enregistrement au choix
Agrippina Agrippina G. F. Haendel 1709 Venise
  Enregistrement au choix
La Gloria di Primavera Estate A. Scarlatti 1716 Naples
  S. Ograjenšek, Philharmonia Baroque Orchestra dir. N. McGegan – CD Philharmonia Baroque 2015
Version adaptée et abrégée : M. Schmiege, A.Scarlatti di Napoli della RAI dir. F. Luisi – retransmission de concert, Naples, 1988
Carlo, re d'Alemagna Giuditta A. Scarlatti 1716 Naples
  R. Invernizzi, Stavanger symphony orchestra dir. F. Biondi – CD AgOgique 2013
Teofane Gismonda A. Lotti 1719 Dresde
  Å. Elmgren, dir. R. Goebel – captation de représentations à St Gallen, 2000
La Gara degli Dei Venere ? J. D. Heinichen 1719 Dresde
  A. Coku, Orchestre Carl Philip Emanuel Bach dir. H. Haenchen – retransmission de concert, Berlin 2003.
Flavio Crispo Imilee ? J. D. Heinichen 1719 Dresde
  S. Gäng, Il Gusto Barocco – Stuttgarter Barockorchester dir. J. Halubeck – retransmission de concert, Stuttgart 2016
Radamisto [1] Radamisto G. F. Haendel 1720 Londres
  M. Beaumont, Il Complesso barocco dir. A. Curtis – CD Virgin classics
Narciso Narciso D. Scarlatti et al. 1720 Londres


> air Mio bel sol

> air et duetti Caro dardo * Dio d'amor * Rivolgo il passo altrove
D. Visse, La Grande Écurie et la Chambre du Roy dir. J.-C. Malgoire – retransmission de concert, Vienne 1990
O. Pitarch, Real Compañía Ópera de Cámara dir. Otero – retransmission de concert, YouTube.
Dont un air de T. Roseingrave : O. Alemán, La Tempestad dir. S. Márquez – Sopranos y Castrati en el Londres de Farinelli, CD MAA 2007
Astarto [2] Elisa G. Bononcini 1720 Londres
  G. Dalle Molle, orchestra dell'incontro musicale di Romani dir. F. A. Biondi – retransmission radio, Rome, 1976
Radamisto [2] Zenobia G. F. Haendel 1720 Londres
  J. Gondek, orchestre baroque de Fribourg dir. F. McGegan – CD Harmonia Mundi 1993
L. Nikiteanu, La Scintilla dir. W. Christie – captation de représentations à Zurich, 2004
Muzio Scevola Clelia G. F. Haendel et al. 1721 Londres
  Extraits : J. Baird, Brewer baroque chamber orchestra dir. R. Palmer – CD Newport classic 1992
cantate Crudel tiranno amor G. F. Haendel 1721 Londres
  Enregistrement au choix
Ottone Gismonda G. F. Haendel 1723 Londres
  Enregistrement au choix
Flavio Vitige G. F. Haendel 1723 Londres
  C. Högman, Ensemble 415-Chiara Banchini dir. R. Jacobs – CD Harmonia mundi
Giulio Cesare Sesto G. F. Haendel 1724 Londres
  Enregistrement au choix
Arianna in Creta Tauride G. F. Haendel 1733 Londres
  M. Paparizou, Orchestre de Patras dir. G. Petrou – CD MDG, 2006
A. Hallenberg, Les Talens lyriques dir. C. Rousset – retransmission de concert
Semiramide riconosciuta Semiramide L. Vinci et al. 1733 Londres
> air Fuggi dagl'occhi miei A. Bonitatibus, Accademia degli Astrusi dir. F. Ferri – La Signora regale, CD Deutsche harmonia mundi 2014
Récital hommage G. F. Haendel   Londres
  L. Hunt, Philarmonia Baroque Orchestra dir. N. McGegan – Arias for Durastanti, CD Harmonia mundi