Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Elisabeth DUPARC

? – 1778

dite La Francesina

Aussi [Elisabetta] [Franscenina]

Certaines sources indiquent qu'il s'agit de la petite fille d'une certaine Duparc, actrice de Molière. Elisabeth cultive ses talents pour la danse, dans la tradition française, mais se rend en Italie pour acquérir une technique de chant à l'italienne.
Elisabeth DuparcOn dit que c'est sur le continent qu'elle débute sur scène, mais nous n'en avons que peu de traces. Elle chante à Pistoia en 1732, puis paraît à Florence deux ans plus tard sous le nom d'Elisabetta Duparch en Giulia Mammea d'Alessandro severo de Schiassi, accompagnée du castrat Saletti. Cela étant, l'essentiel de sa carrière se déroule à Londres et se trouve mieux documenté.
C'est en 1736 qu'elle s'y distingue, alors qu'elle chante pour la reine lors d'un concert privé à Kensington, et exécute même quelques pas de danse. La même année, elle se produit dans la troupe de Porpora au King's Theatre, et chante Laodice dans Siroe, ainsi que Demetrio ou encore Merope.
Quand la compagnie met la clé sous la porte, la soprano passe au service de Haendel qui lui confie des rôles de plus en plus importants, celle qu'on appelle La Francesina accédant rapidement au rang de prima donna. Elle participe aux pasticci Arsace et Alessandro severo, et crée Faramondo, Serse, et Isifile dans La Conquista del vello d'oro de Pescetti. La troupe compte alors dans ses rangs des chanteurs du niveau de Caffarelli, Montagnana et la Merighi. La soprano participe aussi à la dernière saison d'opéra italien de Haendel ainsi qu'aux ouvrages anglais offerts en concert : Esther ou encore Acis dans Galatea du Saxon, mais aussi A New Eclogue de Veracini.
On ne l'entend apparemment plus jusqu'en 1744, après quoi elle crée certains des rôles les plus beaux de Haendel, souvent avec le ténor John Beard : Semele, Iole dans Hercules, Nitocris dans Belshazzar. Elle reprend Samson, Deborah, Messiah etc. En 1745-46, elle ne paraît qu'une fois, dans The Occasional Oratorio. On perd alors de nouveau sa trace jusqu'à un concert documenté pour s'être tenu en 1752 à Soho.

Burney la juge de peu de valeur, mais la soprano a visiblement inspiré Haendel au même degré que la Cuzzoni et Strada. Sa voix semble avoir été sensiblement plus courte et légère que ces illustres prédécesseures, et ses progrès ont été remarquables sous la tutelle du compositeur saxon, au point d'affronter des parties d'une haute virtuosité tout en démontrant une belle profondeur dramatique.

Alessandro severo Salustia G. F. Haendel 1738 Londres
[Pasticcio] M. Solberg, Armonia atenea dir. G. Petrou – CD CPO 2011
Faramondo Clotilde G. F. Haendel 1738 Londres
  S. Karthäuser, I Barocchisti dir. D. Fasolis – CD Virgin veritas 2009
Serse Romilda G. F. Haendel 1738 Londres
  Enregistrement au choix
Giove in Argo Calisto Haendel/Araja 1739 Londres
  Enregistrement au choix
Israel in Egypt soprano G. F. Haendel 1739 Londres
  Enregistrement au choix
Imeneo Rosmene G. F. Haendel 1740 Londres
  Cappella Augustina dir. C. Spering – CD Harmonia Mundi
Deidamia Deidamia G. F. Haendel 1741 Londres
  S. Kermes, Complesso barocco dir. A. Curtis – CD Virgin Veritas 2002
L'Allegro, il Penseroso e il Moderato Penseroso G. F. Haendel 1740 Londres
  Enregistrement au choix
Samson Michal G. F. Haendel 1743 Londres
  Enregistrement au choix
Semele Semele G. F. Haendel 1744 Londres
  Enregistrement au choix
Joseph and his Brethren Asenath G. F. Haendel 1744 Londres
  Y. Kenny, The King's Consort dir. R. King – CD Hyperion
Hercules Iole G. F. Haendel 1745 Londres
  Enregistrement au choix
Belshazzar Nitocris G. F. Haendel 1745 Londres
  Enregistrement au choix
The Occasional Oratorio soprano G. F. Haendel 1746 Londres
  Enregistrement au choix