Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Maria CAMATI

? – ?

dite La Farinella

Aussi [Camal] [Comati] [Camata] [Farinelli]

Native de Venise, la Camati s'y produit au San Moisè en 1729, et s'illustre sur diverses scènes de Sérénissime au cours des années trente, chantant Galuppi, Albinoni, Hasse, Araja etc. Maria Camati se voit alors affublée du surnom flatteur de Farinella ! Elle est à Trévise en 1733 dans l'Armida d'Albinoni, avec le contralto Forcellini et la Pircher. En 1735, elle chante au San Carlo de Naples dans Emira de Leo, avec Monticelli et la Visconti. En 1740, elle est Ergilda dans le Gustavo primo de Galuppi.
Amenée de Venise à Berlin par Graun lors de sa tournée italienne, elle donne un récital soliste en 1741, et tient le premier rôle de Rodelinda la même année. Mais elle ne convainc pas Frédéric II et se voit signifier son congé, avec la majorité des chanteurs alors engagés (dont Santarelli), dès 1742.

De retour en Italie, elle est tout de même seconda donna au San Carlo face à l'Astrua, en 1744-45. On retrouve sa trace à Venise en 1751 en tant que prima donna dans la Statira de Maggiore, puis Graz en 1754 dans le Vologeso de Galuppi. Le rôle titre est assuré par Giacomazzi. Le portrait ci-contre montre une dame vêtue à la mode autrichienne, tenant la partition d'un air populaire d'Arminio que Camati chanta à Graz : il pourrait s'agir de Camati elle-même, ou plus probablement d'une dame de la noblesse ou d'une chanteuse locale tenant une page célèbre.
La Farinella passe ensuite au service du grand Duc Peter Fedorivich en 1756, et chante Araja ou Manfredini avec le castrat Millico, tout en se produisant lors de concerts hebdomadaires. On l'entend aussi dans Lo Speziale de Pallavicini et Fischietti. L'arrivée de Catherine de Russie se traduit par le renvoi de la plupart des musiciens, en 1762.

La Farinella – ou sa fille, selon les interprétations, voire une autre Mlle Farinelli – se produit au Hofoper de Berlin d'octobre 1769 à avril 1771 (Maria Camati en avait été rejetée en 1741). Frédéric II peine alors à trouver une prima donna, après le décès de l'Astrua et plusieurs tentatives malheureuses. Gertrud Mara viendra ensuite remplacer cette Farinella. Quittant Berlin, la Farinella donne plusieurs concerts en Hollande. Elle est ensuite à Londres en 1774-75, dans un pasticcio d'Alessandro nell' Indie, avec Rauzzini et la Schindlerin. Après quarante ans de carrière, il est probable qu'elle ait quitté la scène peu après, ces dernières prestations étant déjà sujettes à caution : il pourrait plutôt s'agir d'une certaine Francesca Brambilla active à cette période, et également surnommée Farinella.

Ce qu'on entend du rôle que Galuppi lui confie dans son Gustavo primo atteste d'une voix essentiellement virtuose, avec un aigu facile, dans la lignée de l'époque. Il faut croire que son agilité ait été remarquable pour qu'elle bénéficie d'un tel surnom, alors qu'autour des années 1730, le véritable Farinelli chantait également sur les scènes de Venise. Il est aussi tout simplement possible qu'elle ait eu les mêmes protecteurs que lui, les Farina.

Gustavo primo, re di Svezia Ergilda B. Galuppi 1740 Venise
  M. González, Savaria Baroque Orchestra dir. F. Pirona – CD Hungaroton 2002
Il Decebalo ? L. Leo 1743 Naples
  Ensemble Romabarocca dir. L. Tozzi – CD Bongiovanni. Attribution incertaine