Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Francesca CACCINI

1587 – 1640

dite La Cecchina

Francesca CacciniFille des célèbres chanteurs Giulio et Lucia Caccini, Francesca est comme eux maîtresse dans l'art du chant, du luth, de la composition ; elle écrit des vers et touche le clavecin. Dès 1608, elle participe aux chœurs du Giudizio di Paride de Buonarotti, au palazzo Pitti. À treize ans elle participe au Rapimento di Cefalo composé par son père et gagne une popularité immédiate.
La jeune et belle cantatrice accompagne ses parents à Paris en 1604-05 et séduit la cour. Seule l'intervention du grand-duc de Toscane empêche le roi de l'attacher à son service. Virtuose accomplie, elle forme un concerto delle donne avec sa sœur Settimia et la célèbre Vittoria Archilei, alors en fin de carrière. Avec cette dernière et le ténor Peri, elles chantent les Ninfe della Senna en 1611.
Francesca Caccini est imposée dans l'Euridice de Peri, rival de son père, mais y chante justement des musiques de Caccini. En 1607, elle épouse un membre de la camerata fiorentina, G. B. Signorini. Elle développe également ses talents de compositrice et propose plusieurs intermèdes et opéras à la cour de Florence. Son salaire est alors très élevé et dépasse celui de son père. En 1618, elle publie son unique recueil de musique, visiblement calqué sur ses possibilités vocales conséquentes, déployant un large éventail dramatique. On l'entend chanter avec des aristocrates dans son Allegoria della nascita di Maria Maddalena, en 1623. À Rome, la même année, Francesca chante en concert devant des cardinaux, parfois accompagnée de la célèbre Adriana Basile.
À Florence, elle chante aussi dans l'oratorio La Regina S. Orsola avec le castrat soprano Loreto Vittori. Lorsque le prince de Pologne vient à la cour en 1625, elle compose La Liberazione di Rinaldo dell' isola d'Alcina, repris à Varsovie en 1628, ce qui pourrait constituer la première représentation à l'étranger d'un opéra italien.
On ignore si elle est morte en 1630 ou 1640. Elle incarne indéniablement une personnalité musicale de première importance au début de ce siècle. Son frère Pompeo et sa sœur Settimia se sont également illustrés dans le chant et la composition.

Euridice ? J. Peri / G. Caccini 1600 Florence
  Enregistrement au choix
La Liberazione di Rinaldo F. Caccini 1625 Florence
  Soloists and Musicae Antiquae Collegium Varsoviense, dir. W. Klosiewicz – CD Pro Musica Camerata 1994
Madrigaux F. Caccini 1618 Florence
  Enregistrement au choix