Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Charlotte BRENT

1734 – 1802

Aussi [-Pinto]

Charlotte Brent, fille du contre-ténor (qui crée Hamor dans Jephta de Haendel) et maître d'arme Charles Brent, est l'élève la plus réputée du compositeur Thomas Arne, et partage plus que des leçons de chant avec lui.
On dit pourtant qu'elle souffre d'une mauvaise haleine chronique, mais cela ne devait pas déranger les spectateurs de ses concerts à Vauxhall Garden ou au Covent Garden, où elle brille essentiellement par la perfection de ses coloratures ou le charme d'airs proches de chansons populaires.

En 1755, elle accompagne le couple Cecilia et Thomas Arne à Dublin, avec Polly Young, nièce de Cecilia. Elle y fait ses débuts sur scène dans Eliza d'Arne au Smock Alley Theatre, et lorsque l'orage éclate entre le compositeur et Cecilia – Charlotte joue sans doute un rôle dans la rupture –, elle retourne seule avec lui à Londres.

En 1759, elle se fait connaître au Covent Garden en Polly du Beggar's opera, étape incoutournable d'une cantatrice ambitieuse de conquérir la capitale. En 1762, elle crée deux œuvres de son cher Arne, appelées à devenir deux des opéras les plus joués de Londres : l'opéra séria Artaxerxes avec les castrats Tenducci et Peretti et le ténor Beard, sur une traduction anglaise du livret de Metastasio, ainsi que le pasticcio Love in a Village, avec Beard et le couple Mattocks. Les rôles dévolus à Brent mettent en valeur sa fraîcheur et la facilité étonnante de ses vocalises, dans la bravoure comme dans l'élégance ; les rôles de Mandane et Rosetta deviennent ainsi rapidement indispensables à toute prima donna londonienne, comme Mlles Crouch, Bannister puis Billington et Gertrud Mara. La vogue de Love in a Village enflamme même une véritable passion des Anglais pour les pastiches, dans les genres sérieux et léger : Brent participe elle-même aux créations de The Maid of the Mill, contenant notamment certaines pages adaptées d'Orione de J. C. Bach (1765), ou Tom Jones, avec des airs d'Abel, de Carattaco de J. C. Bach, Arne ou Samuel Arnold (1769).
À partir de 1764, Charlotte Brent se produit au Ranelagh Garden, parallèlement au Covent Garden où elle chante de 1759 à 1770. En 1766, elle épouse le violoniste Thomas Pinto. Elle fait aussi partie des solistes engagés par S. Arnold pour les concerts de Marylebone Garden à partir de 1769.

Après son retrait des scènes en 1785, Charlotte Brent finit sa vie à Londres, sombrant dans la pauvreté.

Parmi les fleurons de son répertoire, peu de choses subsistent de Love in a Village à part le délicat The Traveller benighted, tandis que The soldier tir'd de Mandane est devenu un cheval de bataille de très nombreuses voix de soprano léger capable (ou non...) de rendre les notes tenues, les longues coloratures en triolets, les sauts ainsi que les aigus et suraigus.

Artaxerxes Mandane T. Arne 1762 Londres
  C. Bott, The Parley of Instruments dir. R. Goodman – CD Hyperion 1996
Love in a Village Rosetta T. Arne 1762 Londres
> air The Traveller Benighted J. Sutherland, London Philomusica dir. G. Jones – The Art of Joan Sutherland, CD Decca
cantate The Lover's Recantation T. Arne 1762 Londres
  E. Kirkby, The Parley of Instruments dir. R. Goodman – Dr. Arne at Vauxhall Gardens, CD Hyperion 1988