Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Anna Maria Lisi BADIA

? – 1726

Aussi [Anna Maria Badia] [Anna Maria Elisabetta] [Anna Maria Lisa]

Anna Maria Elisabetta Nonetti est originaire de Florence. Son troisième prénom lui vaut bien souvent d'être simplement désignée Anna Maria Lisi (ou Lisa), que l'on a pu confondre avec son patronyme.
C'est donc naturellement au service de la cour de Toscane qu'elle est engagée, au moins de 1690 à 1698. Sa carrière italienne la mène aussi à Modène. En 1689, on retrouve la cantatrice à Venise pour Amulio e Numitore de P. Tosi, avec F. De Grandis. On l'entend à Reggio en 1697 dans L'Oreste in Sparta au sein d'une belle distribution qui réunit le contralto Roberti, la Salicola ou encore Antonio Romolo Ferrini et Luigi Albarelli dans le rôle éponyme, puis à Milan pour Anfione de Magni en 1688, accompagnée du fameux castrat Nicola Paris. Elle semble aussi employée à la cour de Mantoue, et y reprend en 1698 le rôle de Turno, créé par le castrat Cecchi, dans la Camilla de M. A. Bononcini, avec Maria Landini dans le rôle titre. La soprano paraît encore à Venise avec la basse Carli et le castrat Romani dans Filippo, re di Grecia de Pollarolo, en 1706.

C'est pourtant à Vienne, où elle est engagée à compter de l'été 1700, qu'elle brille essentiellement comme prima donna, flanquée le plus souvent du contralto Orsini, du ténor Garghetti et de la soprano locale Sutter. Elle y épouse le maître de chapelle Carlo Agostino Badia en octobre 1700. L'arrivée de Lisi et Sutter marque un changement à la cour, où les chanteuses jouaient souvent un rôle secondaire : les nouvelles venues s'imposent bien plus que ne le faisait une illustre précédesseure, Giulia Masotti. Cette dernière meurt justement en 1701, passant le flambeau à Lisi Badia et Sutter. Les débuts sont timides : les rôles féminins d'un oratorio de Bononcini de 1701 sont tenus par des castrats (Franzl et Mellini), et dans Le Gare dei beni de Badia en 1700, Lisi est la seule femme.
Pendant de longues années, la Badia s'illustre dans les œuvres de Ziani, G. Bononcini, Caldara, Fux et bien entendu les pages de son mari, le maître de chapelle Carlo Agostino Badia, épousé vers 1699. Elle chante aussi les pièces de circonstances comme La Conquista delle Spagne d'A. Bononcini, avec Sutter et la basse Borrini (1707). On l'entend dans 24 productions lyriques entre 1706 et 1710 !
Anna Maria Badia meurt à Vienne, encore officiellement au service de l'empereur, en 1726. Cela faisait des années que d'autres sopranos l'avaient supplantée : la Landini, la Schoonians ou la Lorenzani.

Julo Ascanio re d'Alba Carmenta J.J. Fux 1707 Vienne
  M. C. Kiehr, Ars Antiqua Austria dir. G. Letzbor – retransmission de représentations Hern 2004
Pulcheria Pulcheria J.J. Fux 1708 Vienne
  M. Zadori, Capella savaria dir. H. M. Linde – retransmission de concert, Innsbruck, 1986
Il sacrifizio d'Abramo ? C. De Rossi 1708 Vienne
  S. Rydén, dir. M. Cordes – retransmission de concert, 1995. Attribution incertaine.