Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Caterina GIORGI

? – ?

Aussi [Catterina]

Contralto de Rome ou de Bologne.
La cantatrice est, avec son mari le ténor Filippo Giorgi, au service de la princesse de Toscane.
On entend Caterina théâtre Grimani pour le carnaval 1729 avec Farinelli dans le pasticcio L'Abbandono di Armida, où elle chante notamment un air de Vinci. En 1729-30 et 1732-33, elle retrouve ce prestigieux théâtre et chante les derniers rôles masculins dans les opéras de Giacomelli, Ciampi (Onorio), Sellito, Porta (Issipile) Giai ou encore Broschi (Idaspe), avec Farinelli, Nicolino, la Polpetta, etc. Sa présence n'est pourtant pas systématique et elle ne participe pas au célèbre Artaserse de Hasse. En 1731-32, c'est à Milan qu'elle paraît dans Catone in Utica de Hasse et Merope de Broschi, retrouvant Farinelli et des chanteurs de renom comme la Tesi, le castrat Bilancioni, la soprano Antonio Negri... C'est encore Venise qui l'applaudit en 1734, puis Vicence pour Il Demetrio d'Araia, avec une fois de plus Farinelli.

C'est peut-être grâce à Araia justement qu'en 1735, le couple Giorgi est convié à la cour impériale de Russie, où l'opera seria prend à peine pied sous la houlette de ce compositeur. La contralto s'y produit comme seconda donna ou secondo uomo, et y mène l'essentiel de la fin de sa carrière. Le couple Giorgi est néanmoins invité à la cour de Dresde en 1740 et donne le Demetrio du Kapellmeister Hasse, avec les étoiles locales dont le rayonnement est européen : Faustina Bordoni, les castrats Annibali, Rocchetti. Les Giorgi sont de retour en Russie dans les années 1740, participant par exemple à Scipion en 1745 (avec la soprano Ruvinetti et le castrat Saletti) au Mitridate d'Araja en 1747, ou Eudossa incoronata du même en 1751 (Caterina est Teodosio). Elle chante aussi Tito de Hasse en 1742, à Moscou. Les documents officiels attestent d'un traitement prolongé jusqu'en 1756.

Souvent désignée comme contralto, Caterina Giorgi a dû commencé comme mezzo-soprano avec encore une certaine aisance dans l'aigu si l'on en croit les airs que l'on peut entendre au disque. En 1740, Hasse lui écrit en clé de soprano mais ses airs sont clairement écrit pour mezzo-contralto et culmine au fa ou sol4.

L'Abbandono di Armida Clorinda L. Vinci 1729 Venise
> air Nave altera che in mezzo all'onde A. Hallenberg, Il pomo d'oro dir. S. Montanari – Carnevale 1729, CD Pentatone 2017
Merope Licisco G. Giacomelli 1734 Venise
> airs Sin che il tiranno * So che è vezzosa In L'Oracolo in Messenia de Vivaldi et al. [reconstitution]. F. Gottwald, Europa galante dir. F. Biondi – CD Virgin classics 2012
La Russia afflita e riconsolata Ruthenia Dall'Oglio / Madonis 1742 St-Pétersbourg
> air De' miei figli C. Bartoli, I Barrocchisti dir. D. Fasolis – St Peterburg, CD Decca 2014