Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Giacomo ZAGHINI

? – ?

dit Il Fanesino

Aussi [Zachini] [Zagini] [Zagni]

Giacomo Zaghini voit le jour à Fano.
zaghiniPour débuter, Zaghini chante à Venise : en 1735, il incarne Sancio dans Anagilda de Pampani, puis en 1736-37 il participe à Ergilda de Galuppi et autres pages, notamment avec le ténor Denzio et le soprano Lorenzo Ghirardi. Il chante avec Vivaldi le temps de quelques saisons et crée notamment L'Oracolo in Messenia, Rosmira fedele et Feraspe en 1738-39, saison pendant laquelle il reprend également Tisaferno dans Armida al campo d'Egitto. Zaghini paraît ensuite à Vérone comme primo uomo.

Accompagnant une Francesca Cuzzoni en fin de carrrière et Marianne Pirker, il intègre la troupe itinérante des Mingotti et se produit avec eux à Hambourg en 1740, où il impressionne Mattheson par son ambitus – au moins deux octaves et une quarte, avec une puissance remarquable.

Zaghini accepte un poste fixe à la cour de Bayreuth dès 1738. Il donne l'opéra Argenore, dont la musique est de la plume de la margrave Wilhelmine en personne, ou encore un Eliogabalo anonyme. Elle semble satisfaite de son acquisition car lorsque le castrat arrive, elle déclare (en français dans le texte) :
il a une grande voix de théâtre et une vitesse prodigieux [sic] chantant les pieces du monde les plus difficiles ; son fort e[s]t pour l'allegro qu'il exécute très bien ; il tient le trille des heures entieres ce qui est fort en vogue a présant [sic]
Souffrant de calculs, il ne peut toujours prendre part aux représentations et doit se faire opérer, ce qui inquiète son employeuse, toujours très attachée à son virtuose. Zaghini figure dans les distributions d'opéras donnés à la cour jusqu'en 1752, avec notamment avec la soprano G. Eberard, le ténor Diener, le castrat Stefano Leonardi et la Cellarina (Maddalena Girardini), entre autres artistes de passage.
Ce poste ne l'empêche de revenir en Italie de temps à autre, par exemple dans Il Bajazet de Bernasconi et la Semiramide de Jommelli en 1742-43 au fameux San Giovanni Grisostomo avec la Tesi, la Turcotti et le bariténor Pinacci. On l'entend aussi à Fano en 1744-45.
Lorsque la margrave décède en 1758, le fidèle Zaghini envoie une lettre à ses employeurs, que l'on imagine volontiers sincère : « sono fuor di me stesso, ne so, come esprimerlo. » Quatre ans plus tard, Zaghini se retire avec une pension.

Mattheson et la margrave de Bayreuth se rejoignent pour vanter l'étendue exceptionnelle de la voix de Zaghini.

Opéra de Bayreuth

Catone in Utica Arbace A. Vivaldi 1737 Venise
  Enregistrement au choix, arrangés à partir d'un manuscrit incomplet
Rosmira fedele Armindo A. Vivaldi et al. 1738 Venise
  J. Laszczkowski, Ensemble Baroque de Nice dir. G. Bezzina – CD Dynamic 2003
Argenore Ormondo W. von Bayreuth 1740 Bayreuth
  J. Waschinski, batzdorfer Hofkapelle dir. J. van Slageren – retransmission de représentations, Postdam, 2001