Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Giambattista VASQUEZ

? – ?

dit Battistini

Aussi [Gian Battista] [Vasques]

Ce castrat soprano est originaire de Milan, et débute sa carrière en Italie au cours des années 1750 : en 1753-54, il incarne divers rôles féminins dans des opéras bouffes. Le pli est pris, et, à cause de sa voix autant que de son physique, le chanteur n'incarne quasiment que des demoiselles jusqu'à la fin de sa longue carrière, un peu comme Farfallino avant lui. En 1756, il est en jupons à Rome, Civitavecchia et Pérouse (Lisetta dans Il Mondo della Luna de Galuppi), croisant notamment le castrat Giustinelli. C'est encore dans le genre léger qu'il s'illustre les années suivantes à Rome, au moins jusqu'en 1760 (où il donne La Maestra de Cocchi).

C'est à cette époque que sa carrière prend un tournant décisif : Vasquez est appelé à la cour royale du Portugal à Lisbonne, où à l'instar de Rome les chanteuses n'ont pas droit de cité. On y avait ainsi entendu le castrat Luciani en prima donna. Vasquez reprend le flambeau et y incarne tous les premiers rôles féminins, bouffes et sérieux, jusqu'en 1776. On reprend les succès de Piccinni, Anfossi, Borghi, et surtout Jommelli, le castrat endossant les habits de Bérénice, Lavinie, Armide, Aristea, Clélie, Dircea, Iphigénie, Sémiramis, etc. avec le primo uomo Reina ou encore Giovanni Ripa. Citons par exemple ses prestations dans Il Ratto della sposa de Guglielmi (1767), Il Vologeso de Jommelli en 1769, Lucio Papirio dittatore de Paisiello (1774)...
Alors qu'il approche de la retraite en 1775, il paraît encore en donzelle dans Li Napoletani in America, adapté de Piccinni, et un voyageur anglais commente en affirmant que Vasquez :
a joué le premier rôle féminin avec une grande distinction [et] a été choisi et engagé non seulement en raison de son excellence vocale supérieure, mais aussi de son apparence féminine, et de son admirable ressemblance à une femme, lorsqu'il porte des habits féminins.
Quant à la voix, on informe Jommelli, auquel on demande souvent d'adapter ses œuvres pour Lisbonne où il est très apprécié, de ne pas écrire trop difficilement pour Vasquez, qui n'atteint que le la ou le si, et ne peut les soutenir. Sa voix est petite, mais bonne, gracieuse et expressive, et l'acteur convaincant.
Après 1777, Vasquez se retire en Italie.

Demetrio [2] Cleonice D. Perez 1765 Lisbonne
> air Io so qual pena sia M. Abad, Amazonias baroque ensemble – Dei Due Mondi, CD Numérica
Solimano Persane D. Perez 1768 Lisbonne
> scène et air Mi troverai nel seno E. Melo, Ludovice ensemble dir. F. M. Jaloto – captation de concert, Festival Musiques en Vivarais-Lignon 2013
Ezio [4] Fulvia N. Jommelli 1772 Lisbonne
> air Ah, non son io che parlo

> air Tenterò per l'idol mio
M. Abad, Orquestra Barroca do Amazonas dir. M. Pascoa – Dramma, CD 2015
R. Moreira, Orquestra de Câmara da Universidade do Estado do Amazonas dir. M. Pascoa – captation de concert, Belém 2009