Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Pasqualino TIEPOLI

? – ?

Aussi [Thiepoli] [Tiepolo]

Natif d'Undine dans les années 1670, Pasqualino est un des meilleurs castrats de Rome.
On trouve sa trace en 1688, où il chante des œuvres de Pasquini au palazzo Colonna. Tiepoli semble passer à Florence en 1690, désigné comme théorbiste du cardinal Ottoboni, son employeur romain. Deux ans plus tard, il intègre la chapelle pontificale à l'instigation d'Ottoboni et fait partie des interprètes les plus entendus localement. Le cardinal l'emploie extrêmement régulièrement entre 1691 et 1695, notamment dans des oratorios, et plus sporadiquement ensuite. C'est ainsi qu'il crée très certainement le chef-d'œuvre de Scarlatti, La Giuditta. Tiepoli participe à la création de la Statira d'A. Scarlatti au Tordinona en 1690 avec Montalcino. En 1696, Pasqualino aspire à participer au chœur arcadien en projet dans l'académie du même nom, avec Corelli et le castrat Ceccarelli ; de fait on l'entend aussi dans plusieurs créations publiques de Bononcini, chantre du genre. Il se produit souvent avec le castrat contralto Girolamo Bigelli, et avec le soprano Adami. On l'entend dans une reprise de Santa Genuida de Scarlatti en 1699.

En 1701, après la fermeture des théâtres publics décidée par le pape, Tiepoli chante encore en privé pour le cardinal, notamment dans Il Console in Egitto de compositeur inconnu. Ottoboni envoie Pasqualino et Pasquale Betti, deux de ses meilleurs éléments, chanter au service du duc d'Orléans à Paris, entre 1703 et 1705.
À son retour, Tiepoli a sans doute l'occasion d'interpréter les œuvres de Haendel destinées aux représentations privées du cardinal, mais aussi A. Scarlatti et Caldara. Il participe à la cantate de Noël d'A. Scarlatti de 1705 avec le ténor Chiccheri et la fameuse basse Manna.

Tiepoli est parfois désigné comme soprano, parfois comme contralto, mais c'est plutôt la première proposition qui semble l'emporter. Généralement appelé Pasqualino, comme son collègue Betti, il n'est pas toujours aisé à différencier. Plusieurs excellents sopranos se produisent à Rome, et il est difficile aussi de distinguer les rôles entre Tiepoli et son brillant et jeune rival Finaja, par exemple. C'est ce dernier, et non comme on le lit souvent Tiepoli, qui créa probablement Il Delirio amoroso de Haendel.

La Nemica d'amore fatta amante Clori G. Bononcini 1693 Rome
  A. Fernandez, ensemble 415 dir. C. Bianchini – CD Zig Zag territoires
La Giuditta Giuditta A. Scarlatti 1693 Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine.
Abramo, il tuo sembiante Ezechiele A. Scarlatti 1705 Rome
  Enregistrement au choix
Amore, Venere, e Ragione Venere A. Scarlatti 1706 Rome
  G. Smirnova, Barockorchester Concerto Poetico dir. U. Haenggli – retransmission de concert, Zurich, 2009. Attribution incertaine.
La Lucrezia Lucrezia G. F. Haendel 1707 Rome
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
Agrippina condotta a morire Agrippina G. F. Haendel 1708 Rome
  Enregistrement au choix