Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Giusto Ferdinando TENDUCCI

ca 1735 – 1790

dit il Senesino

Ce castrat né à Sienne en tire le même surnom que Francesco Bernardi et Andrea Martini. Dans la préface d'un livret imprimé à Londres, il affirme avoir étudié auprès de Caffarelli.

Il débute à quinze ans environ à Cagliari à l'occasion des noces du duc de Savoie. On l'entend dans de nombreux premiers et seconds rôles pendant plusieurs années : Tenducci chante Ariodante dans Ginevra de Bertoni à Venise lors de la saison 1753-54 mais seulement Annio dans La Clemenza di Tito de divers auteurs, avec Marianino ; Guarducci est primo uomo avec lui à Milan en 1756-57 ; il est avec Caffarelli et la Pilaja à Naples en 1757-58, chantant Perez, Mazzoni, Cocchi, ou encore le Temistocle de Jommelli. Dans un lettre de 1755, Métastase annonce la venue à Vienne de Tenducci alors à Prague.

Ferdinando TenducciTenducci arrive à Londres comme secondo uomo en 1758. Il chante aussi régulièrement à Dublin et en Écosse. Comme Rauzzini après lui, il s'y illustre à la fois comme chanteur et compositeur. Le castrat affronte des pasticci et des pièces italiennes de Giordani, Cocchi, Perez, Arne, Bottarelli, etc. En 1760, il donne L'Isola disabitata de Jommelli avec Angela Calori. On l'entend aussi à Dublin, en 1764, avec la troupe du King's Theatre. En 1765, il accompagne Manzuoli comme second chanteur dans Adriano in Siria de J. C. Bach.
Tenducci participe aussi aux ouvrages anglais, comme la serenata Beauty and Virtue Reconciled de Arne, avec la brillante Charlotte Brent, en 1762. À Dublin, il est Amintas dans The Royal Sherperd de Rush. Plus marquante est la création, la même année, d'Artaxerxes de Arne : Tenducci y chante le fameux premier rôle de Métastase en anglais, et donne libre cours à son talent dans une partie remarquable. Il interprète aussi l'oratorio La Passione de Jommelli.
Tenducci est connu pour avoir épousé (enlevé ?) une certaine Dorothea, Irlandaise, selon le rite anglican (chose impossible dans les États catholiques). Dans certaines versions, elle obtient le divorce pour impuissance...

En 1772-73, Tenducci est primo uomo à Rome, puis Florence avec la Bonafini, interprétant Anfossi. En 1774, on le retrouve à Milan avec Lucrezia Agujari et le ténor Cortoni. Tenducci est en tête de distribution à Naples la saison suivante, notamment dans une version augmentée d'Orfeo ed Euridice de Gluck comprenant des pages de J. C. Bach. Il se produit ensuite à Venise.

C'est sans doute en chemin vers Londres que le chanteur s'arrête à Paris et chante pour Marie-Antoinette des airs de Gazzaniga, Piccinni, Bertoni, Paisiello et Monza. En 1778, Mozart écrit qu'il doit composer un rondo pour le castrat, malheureusement perdu. Bach, Mozart et Tenducci étaient proches depuis qu'ils s'étaient connus en Angleterre, et certainement heureux de collaborer à Paris.

C'est bien à Londres que le castrat semble installé, malgré ces prestations sur le continent – il faut dire que Rauzzini a pris sa place sur les scènes anglaises. Tenducci compose, surtout des ouvrages anglais, et se produit en concert (Hanover Square Garden et Ranelagh). En 1785, cependant, il reparaît au King's Theatre dans un pasticcio sur Orfeo créé sur place par le grand Guadagni. Malgré l'âge du castrat, et les commentaires sceptiques de Burney ou Lord Edgecumbe, le succès est au rendez-vous. Il avait donné le rôle dans la version de Gluck à Dublin l'année précédente avec la Billington. Le castrat continue de se produire en concert après cette prestation.
Il se consacre sans doute à l'enseignement, aussi, et publie en 1782 un traité intitulé Mr. Tenducci to His Scholars. Installé à Soho, il tient une boutique de musique, qui doit néanmoins fermer en 1789. Plusieurs sources établissent son décès à Gênes, l'année suivante. D'autres lui accordent dix ans de plus...

Gainsborough laisse un beau portrait du chanteur, grassouillet et affété, lisant la partition du fameux air Water parted from the sea de Arne.
La voix de Tenducci est indiquée comme celle d'un soprano, mais ce que l'on connaît des rôles composés pour lui sont plutôt graves, et appelle un mezzo-soprano avec un registre solide dans le bas de la tessiture. Son cantabile était très réputé, mais il était visiblement capable d'une grande vigueur et de vocaliser habilement. Il joua incontestablement un rôle proéminent dans la vie musicale londonienne.

Tenducci à Rome dans Montezuma

Artaxerxes Arbaces T. Arne 1762 Londres
  Enregistrement au choix
Adriano in Siria Adriano J. C. Bach 1765 Londres
  K. Kulmann, ORF-Symphonieorchester dir. Sir C. Mackerras – retransmission de concert, Vienne, 1988
Perseo Perseo G. Gazzaniga 1773 Rome
> rondo Dolci aurette A. Christofellis, Ensemble Seicentonovocento dir. F. Colusso – Les Castrats au temps de Mozart, CD EMI
Andromeda Perseo G. Paisiello 1774 Milan
> trio Fra tanti acerbi Affanni J. Harrison, Insolita dir. L. Boshoff – captation de concert, Oxford 2013, YouTube
Orfeo ed Euridice Orfeo Gluck & J. C. Bach 1774 Naples


> air La legge accetto
R. F. Bitar, Orchestra internazionale d'Italia dir. A. Salvagno – représentations, Martina Franca, 2009
P. Jaroussky, Le Cercle de l'harmonie dir. J. Rhorer – La Dolce Fiamma, CD Virgin Classics, 2009
Artaserse Arbace J. Mysliveček 1774 Naples
> quartetto Deh respirar lasciatemi F. Friess ? L'Armonia terrena dir. Z. Klauda – Decade, CD Nibiru 2013
Demofoonte Timante J. Mysliveček 1775 Naples
> air Sperai vicino il lido V. Genaux, Collegium 1704 dir. V. Luks – retransmission de concert, Prague, 2011
Ebben... Io ti lascio J. C. Bach 1778 Londres ?
[air de concert] Enregistrement au choix
Sentimi... Al mio bene J. C. Bach 1779 Londres
[air de concert] Enregistrement au choix
Digli ch'io son fedele Cleofide J. C. Bach 1779 Londres
[air de concert] A. Christofellis, Ensemble of ancient instruments dir. L. Morabito – L'Âge d'or des castrats, CD EMI