Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Matteo SASSANO

1649 ou 1667 – 1737

dit Matteuccio

Aussi [Sassani]

La carrière de Matteuccio est particulièrement romanesque, empreinte de sensualité et marquée par les témoignages de son talent exceptionnel et les louanges incroyables qui lui furent adressées. C’est, plus que dans le cas de Farinelli, le genre de destin qui constituerait un sujet de film en accord avec les fantasmes actuels relatifs à l’univers des castrats.
MatteuccioSa naissance est déjà contestée : en 1649 à Naples pour les uns, San Severo en 1667 pour les autres. Il est tout d’abord élève au conservatorio dei poveri di Gesù Cristo, et entre en 1684 à la chapelle royale alors même qu'Alessandro Scarlatti y est nommé au détriment de Provenzale : il participe alors aux Lamentazioni du nouveau maestro avec le soprano Paolo Besci ; Sassano chantera souvent pour ce compositeur dans la suite de sa carrière.
C’est en 1693 qu’il fait sensation, engagé comme soprano au San Bartolomeo, où l’on joue justement Scarlatti. C’est le début d’une grande carrière lyrique et mondaine ; il entame ses caprices en rechignant à honorer ses engagements viennois. Il traite avec effronterie la noblesse napolitaine, et n’échappe aux galères que grâce au charme qu’il excerce sur son public, notamment féminin : le « rossignol de Naples » était fort beau, et ne laisse pas indifférente l'épouse du vice-roi. Avec Nicolino, il est une des étoiles de la chapelle royale et du San Bartolomeo, et interprète régulièrement A. Scarlatti, notamment pour les glorieuses célébrations des « promenades du Pausilippe » données par le vice-roi, en 1696. Le voilà à Bologne et Venise en 1697, dans Amore e dover et Tito Manlio de Pollarolo. À Naples, le succès de La Caduta de' Decemviri est mémorable cette même année, avec les célèbres sopranos Tarquini et Musi. Matteuccio se produit à Madrid en 1698 où, avant Farinelli, on le charge de soigner la mélancolie royale.

air pour Sassano

Revenu en Italie, il passe à la cour florentine, s’oppose – et s'impose face – à un Pistocchi vieillissant à Bologne, et se produit sur les scènes vénitiennes avec Diamante Scarabelli dans les opéras d'A. Scarlatti Il trionfo della fedeltà (extrait d'un de ses airs en bandeau) et Il Mitridate Eupatore, y apportant un certain parfum napolitain appelé à se changer en tornade. Le compositeur compose dans un ambitus réduit de ré3 – fa4, dans une tessiture plus aiguë que Nicolino.
Retiré des théâtres en 1708, il demeure jusqu’à un âge avancé attaché à la chapelle royale de Naples, et continue de s’illustrer à la cour dans les cantates et serenate de Scarlatti, comme la Vergine dei dolori. Il chante encore chez son collègue de la chapelle royale la basse Manna au début des années 1720.
Mancini écrit encore de lui :
Il avait l'habitude, par pure dévotion, de chanter à l'église tous les samedis ; et bien qu'il eût plus de quatre-vingt ans, sa voix était si claire et fraîche, et chantait avec tant de souplesse et de légèreté, que ceux qui l'entendaient sans le voir croyaient que c'était un tout jeune homme.

L’expression « chanter comme Matteuccio » était en son temps devenue proverbiale, témoignant de l’immense crédit de ce chanteur, et de l’affection que les Napolitains lui portaient.

San Nicola di Bari San Nicola ? G. Bononcini 1693 Rome
  L. Bertotti, Les Mufatti dir. P. van Heyghen – CD Ramée
Venere, Adone e Amore Adone A. Scarlatti 1696 Naples
  T. Miller, Chacone dir. R. Halton  – CD ABC Classics Antipodes
La Caduta de' Decemveri Appio A. Scarlatti 1697 Naples
> air Se tu della mia morte Arrangement de Parisotti (Arie antiche). Enregistrement au choix
Il Mitridate Eupatore Nicomede ? A. Scarlatti 1707 Venise
  T. Feighan, Balthasar-Neumann-Ensemble dir. T. Hengelbrock – retransmission de représentations, Innsbruck 1995
La gloria di Primavera Primavera A. Scarlatti 1716 Naples




> air Canta dolce
D. Moore, Philharmonia Baroque Orchestra dir. N. McGegan – CD Philharmonia Baroque 2015
M. A. Peters, A.Scarlatti di Napoli della RAI dir. F. Luisi – retransmission de concert, Naples, 1988
S. Kermes, Musiche nove dir. C. Osele – Colori d'Amore, CD Sony 2010
La Vergine dei dolori Maria A. Scarlatti 1717 Naples
  S. Mingardo, Les Agrémens dir. F. Biondi – retransmission de concert Paris 2007