Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Pietro SANTI

? – ?

Pietro Santi ne mène pas une carrière de premier plan, d'autant que la voix de contralto n'est pas la plus en faveur en ce temps-là. Le castrat s'impose néanmoins comme un second rôle régulier auprès des plus grands, avec une solide voix dramatique.

Dès 1756, Santi est à Rome dans La Canterina de Galuppi, avec Giovanni Toschi. En 1759, le contralto est à Naples et crée Achille in Sciro de Hasse et Adriano in Siria de Galuppi avec la Gabrielli, Manzuoli et Guarducci. À Vérone, il participe à une reprise d'Antigona de Galuppi.
C'est à Venise que se dessine la carrière de Pietro Santi. Il est membre de la chapelle de San Marco, avec le jeune soprano Pacchierotti et Pietro De Mezzo. Santi crée Farnaspe dans Adriano in Siria de Mazzoni en 1760, Solimano de Galuppi en 1765 et Olinto dans Demetrio de Pampani en 1768. Au cours des années 1760, Santi est également au service de la cour du duc de Württemberg et chante ainsi dans de nombreuses production de Jommelli à Stuttgart et Ludwigsburg, comme le Didone abbandonata de 1764 (troisième version). Il passe également par Munich pour Temistocle de Bernasconi avec une belle distribution réunissant les sopranos Ronchetti et A. Bernasconi ainsi que les ténors Panzacchi et D'Ettore, et le castrat Concialini. L'une des princesses de la cour juge que [en français dans le texte, sic] « Santi a une belle voix mais peu d'action, et po[i]nt d'agilitèe ».

Après une saison romaine en 1769-70, Pietro Santi est à Naples et crée Rambaldo au sein d'une large et brillante distribution servant l'un des derniers opéras du maître Jommelli, Armida abbandonata ; Mozart assiste au spectacle. Il chante également des opéras de Cafaro, Insanguine, Piccinni et l'ultime version de Demofoonte de Jommelli. Pendant cinq ans, Pietro Santi est particulièrement fidèle au San Carlo, et chante notamment Eumene de De Majo en 1771 ; Il Trionfo di Clelia de Borghi en 1773 ; Merope de Guglielmi en 1774 ; Il Natale di Apollo de Cafaro avec Cortoni, Pacchierotti et De Amicis en 1775.
On retrouve Pietro Santi à Milan dans Vologeso de Guglielmi pour le carnaval 1775-76 avec Camilla Mattei et Antonio Pini, puis de nouveau à Naples vers 1779 avec la Balducci et Marchesi, dans Creso de Schuster et Il Gran Cid de Rossetti.

À un moment indéterminé de sa carrière, Santi se produit à Prague comme primo uomo avec la troupe de Guardasoni, accompagné de Pietro De Mezzo. Le castrat y apparaît avec le titre de virtuoso di camera de la cour de Bavière.

Artaserse [3] Artaserse J. A. Hasse 1760 Naples
  M. J. Trullu, orchestra sinfonica dell'Emilia-Romagna dir. R. Alessandrini – retransmission de représentations à Jesì
Didone abbandonata [2] Araspe N. Jommelli 1763 Stuttgart
  D. Taylor, Stuttgart Kammerorchester dir. F. Bernius – CD Orfeo
Demofoonte [3] Matusio N. Jommelli 1764 Stuttgart
  R. Expert, dir. F. Bernius – retransmission de concert
Messa per San Marco alto B. Galuppi 1766 Venise
  R. Balconi, Accademia de li musici dir. F. M. Bressan – CD Chandos
Didone abbandonata Iarba N. Piccinni 1770 Rome
  D. Di Vico, La Cappella della pietà de' turchini dir. A. Florio – retransmission de concert, Paris, 2003
Armida abbandonata Rambaldo N. Jommelli 1770 Naples
  L. Polverelli, Les Talens lyriques dir. C. Rousset – CD Ambroisie
Demofoonte [4] Matusio N. Jommelli 1770 Naples
  A. Giovannini, Orchestra giovanile Cherubini dir. R. Muti – retransmission de représentations, Paris, 2009
Romolo ed Ersilia Acronte J. Mysliveček 1773 Naples
> quatuor Deh, invitati serba X. Sabata, Collegium 1704 dir. V. Luks – captation de concert, Karlsruhe 2012