Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Giovanni Maria RUBINELLI

1753 – 1829

Rubinelli naît à Brescia.
Il est convié à la cour du ducale de Stuttgart à seulement treize ans. Assez vite, il débute sur scène : il est Aniceto dans Il Vologeso en 1767 puis Epafo dans Fetonte avec Maria Masi en 1768, et crée Calliroe de Sacchini deux ans plus tard, avec la nouvelle diva Caterina Bonafini, dans des rôles d'arrière plan. Il quitte la cour de Württemberg en 1774 pour se produire dans sa patrie d'origine. Certaines sources supposent qu'il s'agit cependant d'un autre contralto (Giuseppe Maria Rubinelli), peut-être lié à Giovanni Maria.

Rubinelli dispose alors d'une splendide voix de contralto et d'une musicalité remarquable. Venise l'accueille dès 1774-75 donc, comme primo uomo dans des opéras d'Anfossi (dont Lucio Silla). On l'entend à Padoue, Modène, puis Naples en 1776-77 avec Cortoni puis Ansani. L'année suivante est marquée par l'inauguration de la Scala de Milan : on a fait appel aux plus brillants vocalistes du genre serio, et Rubinelli chante avec Pacchierotti, la Balducci et Franziska Danzi-Lebrun dans Europa riconosciuta de Salieri, demeurant en place le reste de la saison dans Mortellari et Alessandri. En 1782, le contralto retrouve Venise avec la Gabrielli et le ténor Babbini. On l'entend aussi à Alessandria. En 1784, il interprète Tarchi à Milan, et Paisiello l'année suivante à Naples avec la Pozzi. Rubinelli chante enfin à Rome.

Mara Rubinelli LondonRubinelli se rend à Londres en 1786. Il chante en concert, et comme premier chanteur au King's Theatre avec Gertrud Mara, par exemple dans Alceste d'A. F. Gresnick (les deux sont caricaturés ci-contre). C'est dans cette dernière œuvre qu'il finit par séduire un public d'abord dubitatif, et bisse deux de ses airs. Il avait débuté dans Virginia de Tarchi, chante La Vestale de Rauzzini et reprend aussi le rôle titre du Giulio Cesare de Haendel (certes très modifié, avec Dove sei de Bertarido et Verdi prati de Ruggiero) : les concerts de musique ancienne sont en effet à la mode, et Rubinelli chante également le Stabat mater de Pergolesi avec la Billington.
Burney lui reconnaît un beau timbre de contralto profond ainsi qu'une grande stature majestueuse, mais si Lord Edgcumbe lui concède une belle voix pleine dans le cantabile, il regrette une étendue et une agilité sensiblement limitées. Les journaux sont plus positifs, et The Herald commente :
sa figure est plaisante, son jeu sobre et expressif, et son style de chant incomparable, avec toutes les beautés d'un Pacchierotti sans un seul de ses défauts.
En 1788, Rubinelli est remplacé à Londres par l'immense soprano Luigi Marchesi.

Revenu en Italie, Rubinelli se produit à Venise, dès 1788. En 1790, il campe Jules César avec la Marchetti-Fantozzi dans La Morte di Cesare de Zingarelli ; Rubinelli retrouve la diva à Milan. En 1795, il chante l'Orfeo de Bertoni avec la contralto Grassini en Eurydice et le ténor Brizzi en Hymenée.
Le contralto se produit en public jusqu'en 1808.

Tous les auditeurs louent la beauté du véritable timbre de contralto de Rubinelli, registre alors moins fréquent et prisé que celui de soprano. Sa musicalité et l'économie de son ornementation évoque le génie de Pacchierotti, de Guadagni et de Guarducci.

Il Vologeso Aniceto N. Jommelli 1766 Stuttgart
  D. Taylor, Stuttgarter kammerorchester dir. F. Bernius – CD Orfeo
La Critica Acamante N. Jommelli 1766 Ludwigsburg
  M. Pigato, Stella matutina dir. T. Platzgummer – retransmission de représentations, Ludwigsburg 2016
La Schiava liberata Don Garzia N. Jommelli 1768 Stuttgart
> air Parto, ma la speranza F. Mineccia, Nereydas dir. J.U. Illan – The Jommelli Album, CD Pan Classics 2016
Fetonte Epafo N. Jommelli 1768 Stuttgart
  J. Bowman, orchestre de la Scala dir. H. Vonk – retransmission de représentations, Milan, 1988
M. Rexroth, Stuttgart Chamber Orchestra dir. F. Bernius – retransmission de concert, 2001
Lucio Silla Cecilio P. Anfossi 1774 Venise
> air A partir tu mi condanni * trio Perfidi, perfidi R. Pokupic, Le Cercle de l'harmonie dir. J. Rhorer – retransmission de concert, Salzbourg, 2013
Europa riconosciuta Isseo A. Salieri 1778 Milan
  D. Barcellona, orchestre de la Scala dir. R. Muti – DVD Erato 2017
Agesilao Leucade D. Perotti 1789 Rome
> Quartette V. Petri, ensemble Isabella Leonarda dir. P. Beretta – captation de représentation, Vercelli 2008, YouTube