Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Ventura ROCCHETTI

? – ?

dit Venturini

Aussi [Venturino]

Ventura Rocchetti fait partie des jeunes apprentis chanteurs repérés par l'ambassadeur de Saxe à Venise et choisis avec soin avec le maestro Lotti : avec Casimiro Pignotti, Annibali et Bindi, Ventura bénéficie d'une excellente éducation musicale payée par l'électeur de Saxe, dès 1725. Cette formation le mène entre Bologne, auprès de Bernacchi, et Venise ; lorsqu'il arrive à Dresde pour enfin entrer au service de son employeur, Ventura Rocchetti est un virtuose accompli, tout comme ses collègues.

À la cour, il participe à l'opéra séria ainsi qu'à la musique religieuse, dont probablement la difficile messe en si mineur proposée par Bach à la cour en 1733. Il participe au premier grand succès d'une ère qui s'avèrera glorieuse pour Dresde, en chantant Gandarte dans Cleofide de Hasse en 1731. Ce dernier est le maître de chapelle le plus brillant de la cour, et c'est essentiellement dans ses œuvres que brille Rocchetti, dans les rôles de second plan – le contralto Annibali étant primo uomo. Tous genres confondus, Venturino est omniprésent et prête sa voix longue de plus de deux octaves (au moins jusqu'au contre-ut) à la vierge Marie dans Gesù al calvario de Zelenka en 1735, Senocrita en 1738, Demetrio en 1740, Didone abbandonata en 1743, un rôle féminin dans La Caduta di Gerico en 1745, Vénus dans Amore insuperabile de Ristori puis Delio dans Leucippo en 1747, Amilcare dans Attilio Regolo en 1750 avec la Mingotti, Valentiniano dans Ezio en 1756 avec Monticelli et la nouvelle prima donna Teresa Albuzzi-Todeschini... En 1751, il reprend le premier rôle masculin dans Ipermestra (toujours de Hasse) créé à Vienne, reléguant Annibali au second rôle.

Le chanteur officiel de Dresde est parfois libéré pour s'illustrer dans d'autres cours, emblême du rayonnement culturel de la Saxe d'alors. En 1741, il est à Rome et intervient dans le Dario de G. Scarlatti avec le ténor Basteris et le castrat Elisi, ainsi qu'Astianatte de Jommelli. Il est à Venise comme primo uomo du San Giovanni Grisostomo en 1732, alors même que Venise accueille les plus grands castrats de l'histoire du chant, en la personne de Farinelli et Caffarelli. Il chante avec la Merighi et Filippo Giorgi dans L'Issipile de Porta. Il est encore dans la Sérénissime en 1743-44, et chante Artaserse de Terradellas, Ercole dans Le Nozze d'Ercole ed Ebe de Porpora et Serse dans Temistocle de Bernasconi avec la Giacomazzi et Fumagalli.
En 1748-49, le soprano est Vienne et chante avec la Tesi dans Semiramide riconosciuta de Gluck et Siroe de G. Scarlatti.
Bien que toujours au service de la cour de Dresde, Rocchetti chante à Vienne sur la fin de sa carrière, mais se montre alors étranger au style moderne. Le ténor Tibaldi écrit au sujet de Rocchetti, dans une lettre à Martini datée de 1753 :
un chanteur passé de mode, prodigue en trilles, mordants, acciaccaturas et appogiatures longues d'une demi mesure.
Son style affecté chargé d'ornements, souvent reproché à l'école bolonaise, aurait poussé le public à siffler le castrat ! La dentelle élégance de sa technique déployée dans Cleofide peut se montrer prodigieusement expressive, comme dans l'air d'Ircano écrit par Gluck, teinté d'ironie douce-amère. Le rôle d'Arbace dans Artaserse de Terradellas montre l'art de Rocchetti à son sommet : tessiture tendue, coloratures passionnés, pathétique du Per questo parterno amplesso...

C'est à Naples que le castrat termine ses jours, bénéficiaire d'une pension.


Air de Delio, acte II du Leucippo de Hasse, 1747, Dresde
Il Serpente di bronzo ? J. D. Zelenka 1730 Dresde
  Ensemble inégal dir. A. Viktora – CD Nibiru
Cleofide Gandarte J. A. Hasse 1731 Dresde
  R. Wong, Cappella Coloniensis dir. W. Christie – CD Capriccio
Gesù al calvario Maria J. D. Zelenska 1735 Dresde
  I. Schmithusen, Das kleine Konzert dir. H. Max – CD Capriccio
I Penitenti al sepolcro ? J. D. Zelenka 1736 Dresde
  Enregistrement au choix. Attribution incertaine
La virtù appie della croce ? J. A. Hasse 1737 Dresde
  Capella academica Dresden dir. M. Sequeira – retransmission de concert, Ebersberg 2006. Attribution incertaine
I Pellegrini al sepolcro ? J. A. Hasse 1742 Dresde
  Seminario musicale dir. G. Lesne – CD Virgin classics. Attribution incertaine
Didone abbandonata Iarba J. A. Hasse 1742 Dresde


> airs Tu mi disarmi il fianco * Leon ch'errando va * Chiamami pur così * Cadrà fra poco in cenere
Version abrégée : V. Barna-Sabadus, Hofkapelle München dir. M. Hofstetter – CD Naxos
V. Barna-Sabadus, Hofkapelle München dir. M. Hofstetter – Hasse reloaded, CD Oehms 2012
Artaserse Arbace D. Terradellas 1743 Venise
  C. Ricci, Real Compañía Ópera de Cámara dir. J. B. Otero – CD RCOC Records, 2009
La Caduta di Gerico Finees J. A. Hasse 1745 Dresde
  S. Bossa, Musica rara dir. A. Bosman – CD d'après concert, Milan 2002
Sant'Elena al calvario Elena ? J. A. Hasse 1746 Dresde
  R. Lichtenstein, La Stagione, Frankfurt dir. M. Schneider – retransmission de concert
Leucippo Delio J. A. Hasse 1747 Hubertsbourg
  C. Rohrbach, Concerto Köln dir. K. Junghänel – retransmission de représentation, Schwetzingen 2014
Semiramide riconosciuta Ircano C. W. Gluck 1748 Vienne
> air Maggior follia non v'è

> air Il ciel mi vuole oppresso
C. Bartoli, Akademie für alte Musik Berlin dir. B. Forck – CD Decca 2001
A. Stéphany, Classical opera company dir. I. Page – Blessed spirit, a Gluck retrospective, CD Wigmore Hall Live, 2010
Attilio Regolo Amilcare J. A. Hasse 1750 Dresde
  Version très abrégée : R. Wong, La Cappella Sagittariana dir. F. Bernius – retransmission de représentations, Dresde 1997
Attilio Regolo Regolo N. Jommelli 1753 Rome
> air Sprezza il furor del vento J. DiDonato, Il Pomo d'Oro dir. M. Emelyanychev – In War & Peace - Harmony through Music, CD Erato 2016
Ezio [3] Valentiniano J. A. Hasse 1755 Dresde
  Version sans récitatifs : Lukas consort dir. V. Lukas – CD Concerto Bayreuth