Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Antonio FRANCIA

? – ?

dit Perellino

Aussi [Perelli] [Pellerino] [Perelino]

Antonio Francia est quasiment toujours désigné par son surnom, Perellino.
Il débute dans les années 1740, et on le retrouve à Venise en 1746, où il est définit comme originaire de Brescia – mais il a peut-être juste chanté là-bas auparavant : dans un livret de Brescia (L'Olimpiade de Brivio en 1744), il est désigné comme vénitien.

Il rejoint la troupe itinérante de Locatelli, qui le mène en Europe centrale. À Augsbourg, en 1747, il chante ainsi un Lucio Vero avec la contralto Anna Cosimi, avec le prestigieux titre de virtuose du landgrave du Hesse-Darmstadt. Après un passage à Munich, il foule les planches du théâtre de Prague. C'est dans cette capitale qu'il crée par exemple la première version d'Ezio de Gluck, avec ses collègues le ténor Canini, la soprano Rochetti et le primo uomo Reginella. Les mêmes donnent également L'Olimpiade de Galuppi.
Revenu en Italie, Perellino ne tarde pas à repartir parcourir l'Europe ; présent à Braunschweig en 1753 dans Ezio de Fiorillo, il arrive à Amsterdam en 1754, dans la compagnie de Lapis. Il y débute dans un Artaserse, mais participe aussi au cœur du répertoire local, l'opéra bouffe, dont l'inusable Finta Cameriera de Latilla. Le castrat participe à un concert à Utrecht en 1755. La même année, il se produit encore à Amsterdam, avec une troupe qui donne des opéras de Galuppi, dont Il Conte Caramella. Il demeure encore dans la région et se produit à Liège en 1757-58, avec Teresa Pompeati, fameuse organistrice de spectacle et cantatrice. Perellino est au service du voïvode de Podole, en Pologne, quand il est appelé à la cour de Varsovie en 1759, où il chante notamment un pasticcio intitulé Endimione, sur des musiques de Hasse et Galuppi, avec Bruscolini et le ténor Caselli.

En 1761-62, le castrat est à Vérone et paraît aux côtés de Teresa Colonna et du ténor Ciacchi dans des opéras de Jommelli (Cajo Mario), Galuppi et Perez. Le voici dans le rôle titre du Tigrane de Tozzi à Venise, au San Angelo. On l'entend ensuite au San Carlo de Naples en 1763-64, où il campe le Rinaldo de la Gabrielli dans l'Armida de Traetta. Il interprète aussi le pasticcio Issipile. Antonio est primo uomo à Ferrare en 1766 avec la très illustre soprano Agujari. Il se produit avec le ténor Pini à Crémone en 1767. En 1768, c'est à Milan qu'il se produit, avec Maria Piccinelli et Manzuoli. Il chante apparemment jusqu'au milieu des années 1770, couronnant une belle carrière européenne entre premiers et seconds rôles.

Ezio Valentiniano C. W. Gluck 1750 Prague
[Version 1] Enregistrement au choix