Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Valeriano PELLEGRINI

? – ?

Aussi [Valeriani] [Pelegrini]

On ne connaît rien des débuts et origines de Valeriano Pellegrini, souvent juste appelé Valeriano. Est-il né à Vérone ?

Valeriano PellegriniLe soprano a en tout cas suffisamment de talent pour intégrer la chapelle pontificale de Rome, entre 1689 et 1696. Lors de ce séjour romain, il se produit notamment pour le cardinal Ottoboni de 1690 à 1693, et fréquente les brillants chanteurs locaux, dont le vieux Verdoni, le castrat Ceccarelli et les étoiles de passage comme Giovanni Francesco Grossi – avec lequel il manque de se battre en duel en 1692 après un litige quant à savoir qui chanterait un motet ! Il semble toutefois au service du cardinal Cybo, qui le prête un temps à Naples. Valeriano participe aux offices religieux, mais aussi probablement à des productions d'opéras et des exécutions d'oratorios et serenate. Ses rapports avec l'Allemagne sont ensuite réguliers : on sait qu'il fait sans doute partie de l'excellente troupe réunie à Hanovre en 1695 par l'électeur Ersnt August, avec le contralto Chiaravalle. En 1700, on le repère toutefois en Italie, à Mantoue, où il interprète au moins La Forza dell'amicizia (Tosi ?) avec la Durastanti, la basse locale Calvi et Maria Landini. L'année suivante, Pellegrini paraît à Gênes en primo uomo de Lucio Vero avec le ténor Buzzoleni et encore la soprano Landini, puis à Plaisance.

En outre, il est repéré en 1709 à la cour de Düsseldorf, alors qu'il participe au Tassilone d'Agostino Steffani, dont il chante sans doute d'autres pages comme Arminio ; les castrats Pasi et Antonio Tosi sont aussi à l'affiche, ainsi que la basse Benedetti. La même année, il est à Venise et crée Agrippina de Haendel. Ce dernier semble convaincu par l'art du castrat, et l'invite à Londres après le départ de Nicolini : Valeriano participe donc comme primo uomo à Teseo et Il Pastor fido, avec le salaire le plus élevé de la troupe. Cependant, il met fin à son séjour londonien en 1713.

Trois ans plus tard, il est encore en activité à Düsseldorf, où sa popularité ne se dément pas : il y reste environ de 1705 à 1716. Le prince électeur Johann Wilhelm le fait même chevalier. La voix de Pellegrini est celle d'un mezzo-soprano avec de la ressource dans l'aigu et une parfaite agilité.

Agrippina Nerone G. F. Haendel 1709 Venise
  Enregistrement au choix
Tassilone Gheroldo A. Steffani 1709 Düsseldorf
  Orchestre Antonio Vivaldi di Venezia dir. N. Jenkins – disques, 1975
Teseo Teseo G. F. Haendel 1712 Londres
  E. James, Les Musiciens du Louvre dir. M. Minkowski – CD Erato
Il Pastor fido [1] Mirtillo G. F. Haendel 1712 Londres
  A. Dennis, La Nuova Musica dir. D. Bates – CD Harmonia mundi 2012
Silla Lepido G. F. Haendel 1713 Londres
  J. Lunn, The London Handel Orchestra dir. D. Darlow – CD Coadex. Attribution incertaine