Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Nicola GRIMALDI

1673 – 1732

dit Nicolino

Aussi [Niccolò] [Nicolini]

Ce castrat né à Naples est l'un des principaux représentants du style napolitain, et l'un des meilleurs castrats de l'histoire. Il étudie auprès du maître local Provenzale, et se produit sur les scènes du théâtre Fiorentini encore tout jeune, dans une reprise de Stellidaura vendicata de son professeur. En 1690, il intègre la chapelle vice-royale et le Trésor de San Gennaro, les deux principales formations musicales de la ville. Légèrement plus jeune que le grand Sassano, celui qu'on appelle affectueusement Nicolino est considéré comme le meilleur soprano de la ville.

Nicola GrimaldiOn l'entend naturellement sur les scènes napolitaines : il chante notamment Pirro e Demetrio (1694), et La Caduta de' Decemviri (1697) d'A. Scarlatti avec la Tarquini et la Musi. Le castrat participe aussi à diverses cantates et serenate du même auteur, étoile montante de Naples. Mais Nicolino est déjà extraordinairement populaire dans toute l'Italie, et se produit à Florence en 1703, et à Venise dès 1705.

En 1708 et 1712, il effectue un premier séjour à Londres, rejetant au second plan le moins doué Valentino Urbani. Nicolino enflamme la véritable passion des Anglais pour l'opéra italien, notamment dans Idaspe fedele de Mancini et Rinaldo de Haendel. Les compositeurs les plus prisés sont Gasparini, Bononcini, A. Scarlatti... On loue sa haute virtuosité ainsi que des dons d'acteur qui transportent le public, notamment dans une scène de combat contre un lion – qui ne manque pas d'être brocardée.
Après de nouvelles prestations en Italie, et bien naturellement à Naples (Porsenna de Lotti), le castrat revient à Londres entre 1715 et 1717. Il y chante par exemple Amadigi de Haendel, avec la contralto Diana Vico et la fulminante Elisabetta Pilotti.

De retour sur le continent, à Naples (via Venise), il saura se rappeler de son rôle de Renaud, et le reproposer au San Bartolomeo avec la Bulgarelli. En 1724, il participe avec elle à la toute première version de Didone abbandonata de Métastase, avec la Merighi. Le plus grand librettiste du siècle est visiblement inspiré et lui confie encore des incarnations frappantes : le même livret est repris avec les mêmes acteurs principaux à Venise pour la saison 1725-26, dans une mise en musique d'Albinoni. En 1728, c'est Siroe qui voit le jour à Venise, avec la musique de Porpora, la Facchinelli et la basse Boschi, puis Semiramide rinonosciuta du même (1729) et Artaserse de Hasse (1730). Certaines de ces créations suivent de très près les versions romaines des livrets, et servent à merveille la puissance dramatique du castrat, l'ivresse vocale étant alors confiée au jeune Farinelli. Il avait déjà chanté avec le fabuleux soprano en 1728, par exemple à Florence, dans Arianna e Teseo de Porpora, avec Maddalena Pieri.
Cet épisode vénitien marque un profond changement de style localement. Nicolino retrouve Naples, et doit chanter dans la première de Salustia de Pergolesi, mais il décède subitement en cours de répétition ; c'est finalement Gizziello qui vient compléter la distribution.

Mancini, grand théoricien et castrat lui-même, écrit :
Ce virtuose possédait avec tant de perfection le [métier de l'acteur], bien que pauvre d'autre talent, et non pourvu d'une belle voix, qu'il se fit, dans la profession, une place tout à fait originale.
Burney l'estime néanmoins un grand chanteur, même s'il souligne surtout son intelligence dramatique, ce qui le rapproche de la soprano Bulgarelli, et qui est confirmé par Quantz.

Désigné comme soprano, mais plutôt mezzo soprano limité, Nicolino s'apparente plutôt à un contralto de plus en plus profond au fil des années 1710. Pallido il sole, l'un des airs les plus connus de son répertoire, est un bon exemple des moyens du Nicolino de la fin : chant assez syllabique, tassé dans le grave, mais exigeant un grande expressivité. Capable d'affronter des pages ardues techniquement, il restait en effet surtout un chanteur expressif dans la tradition de la fin du XVIIe siècle.

Nicolino en concert

La Caduta de' Decemviri Icilio A. Scarlatti 1697 Naples
> airs All'acquisto di gloria * S'io non t'amassi D. Egorov, La Stagione Frankfurt dir. M. Schneider – CD Deutsche Harmonia Mundi, 2011
Il Prigioniero fortunato Arconte A. Scarlatti 1699 Naples
> air Miei pensieri M. E. Cencic, Il Pomo d'oro dir. M. Emelyanychev – Arie napoletane, CD Decca 2015
La Conversione du Maddalena Maddalena G. Bononcini 1701 Vienne
  M.C. Kiehr, Concerto soave dir. J.-M. Aymes – captation de concert, Maastricht 2013. Attribution incertaine
Il Mitridate Eupatore Mitridate ? A. Scarlatti 1707 Venise
  M. Chance, Balthasar-Neumann-Ensemble dir. T. Hengelbrock – retransmission de représentations, Innsbruck 1995
Rinaldo Rinaldo G.F. Haendel 1711 Londres
  Enregistrement au choix
Ambleto [2] Ambleto F. Gasparini 1712 Londres
  Extraits : E. Zilio, orchestra A. Scarlatti della RAI dir. H. Handt – retransmission radio, Naples, 1971
Le Gare generose Arminio T. Albinoni 1712 Venise
> airs La mia gloria * Vedrem se possa mio brando invitto A. Quintans, Concerto de' cavalieri dir. M. Di Lisa – CD Sony 2015
Tigrane Tigrane A. Scarlatti 1715 Naples


> airs Esser deggio come scoglio * Il fiero aspetto * Reo mi credi
> air Ma qual cor
P. Eswood, Orchestra and Chorus of RAI, Naples dir. F. Caracciolo – retransmission radio 1970
D. Egorov, La Stagione Frankfurt dir. M. Schneider – CD Deutsche Harmonia Mundi, 2011

D. Barcellona, Concerto de' cavalieri dir. M. Di Lisa – CD Deutsche harmonia mundi 2011
Amadigi Amadigi G.F. Haendel 1715 Londres
  Enregistrement au choix
Tito Manlio Manlio A. Ariosti 1717 Londres
> air Venga pur quel sì terribile
> duetto Io parto e sallo i numi
F. Mineccia, Ensemble Odyssée dir. A. Friggi – CD Glossa 2016
F. Mineccia, Verdi barocca dir. R. Jais – vidéo de concert, Milan 2013
L'Arsace Arsace D. Sarro 1718 Naples
> airs Torno ai ceppi * Se penso a Statira T. Iervolino, Talenti vulcanici dir. S. Demichelli – captation de concert, Naples, 2015
Il Cambise Cambise A. Scarlatti 1719 Naples
> air Tutto appoggio

> airs Io parto vincitor * Mi cinga la fama
M. E. Cencic, Il Pomo d'oro dir. M. Emelyanychev – Arie napoletane, CD Decca 2015
D. Barcellona, Concerto de' cavalieri dir. M. Di Lisa – CD Deutsche harmonia mundi 2011
Didone abbandonata Enea D. Sarro 1724 Naples
  Version abrégée et remaniée : S. Wächter, dir. L. Remy – retransmission de concert 2005
Catone in Utica Catone L. Leo 1729 Venise
> 5 airs In Catone in Utica, pasticcio (Londres 1732). S. Prina, Auser Musici dir. C. Ipata – retransmission de concert, Halle 2016
Artaserse Artabano J.A. Hasse 1730 Venise


> air Pallido il sole
S. Prina, Ensemble Barocco dell'Orchestra Internazionale d'Italia dir. C. Rovaris – DVD ou CD Dynamic 2016
Enregistrement au choix
Salustia [1] Marziano G.B. Pergolesi 1732 Naples


> 4 airs
M. de Liso, La Cappella della pietà de' turchini dir. A. Florio – retransmission de représentations, Montpellier, 2008
D. Barcellona, Concerto de' cavalieri dir. M. Di Lisa – CD Deutsche harmonia mundi 2012
Récital hommage Scarlatti /Haendel    
  D. Egorov, La Stagione Frankfurt dir. M. Schneider – Il Primo Uomo, CD Deutsche Harmonia Mundi, 2011
Récital hommage Divers    
  T. Iervolino, Talenti vulcanici dir. S. Demichelli – Un virtuoso alla moda: Nicola Grimaldi, captation de concert, Naples, 2015 YouTube
Récital hommage Divers    
  C. Vistoli, Talenti vulcanici dir. S. Demichelli – CD Arias for Nicolino, Arcana 2017