Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Filippo ELISI

ca 1720 – ca 1772

D'après Mancini, le castrat est originaire de Fossombrone.
Le soprano est à Venise dès 1739, au San Samuele, et chante dans Creusa de Cardena. Rome l'accueille en prima donna en 1743, avec le castrat Perellino. En 1745, il foule les planches du plus prestigieux S. G. Grisostomo pour Ariodante de Wagenseil ou encore Sofonisba de Jommelli, avec l'Aschieri. En 1748 puis 1749, on l'entend beaucoup à Naples, par exemple dans Ezio de Jommelli, puis à Turin en 1751 et à Rome l'année suivante avec Belardi.

Filippo ElisiEn 1753, Elisi arrive à Madrid comme premier chanteur, où il se produit avec les meilleurs vocalistes d'Europe : les ténors Panzacchi puis Raaff, la Mingotti, Maddalena Parigi, Teresa Castellini... Il y reste jusqu'en 1757 et interprète les opéras de Jommelli (Semiramide riconosciuta, Adriano in Siria...) ou encore Mazzoni (Il Re pastore).

En 1759, Elisi crée Ippolito ed Aricia de Traetta à Parme pour le mariage de l'infante de Parme avec le prince des Asturies. La grande Gabrielli est sa partenaire, et l'opéra se fonde sur le livret de Pellegrin ayant déjà servi à Rameau, plaçant ainsi un jalon important de la réforme du serio. On le retrouve aussi à Turin avec la même diva pour le carnaval.
La saison suivante, Elisi est engagé comme premier chanteur à Londres, par la prima donna et directrice du King's Theatre Colomba Mattei. Il y chante par exemple Alessandro nell'Indie de Cocchi en 1761. Thomas Gray note dans son journal, la même année :
Elisi est meilleur que tous les interprètes dont nous ayons le souvenir ; et pourtant, je présume qu'il n'est plus ce qu'il a été. Il paraît approcher des quarante ans, ventru et large d'épaule, avec cependant une allure correcte ; son jeu est satisfaisant et non dénué de grâce. Depuis que je connais l'opéra, nous n'y avons jamais entendu qu'éternels passages, divisions et performances. Rien de cela chez lui, bien que je ne puisse dire s'il s'agit plus d'un choix que de l'effet de l'âge. Il s'intéresse à l'expression et c'est en ce sens que tous les ornements et fioritures qu'ils insèrent sont pensés ; ils restent d'ailleurs peu nombreux et limités. Il monte plus haut que Farinelli (dit-on), donnant des notes célestes, uniques dans tout un opéra, et de ces altitudes passe soudain aux sons les plus doux, moelleux et puissants (vers le milieu de son ambitus) qui se puissent imaginer.
Mais alors qu'Elisi revient pour la saison 1765-66, et chante avec Teresa Scotti et Ercole Ciprandi (par exemple L'Eroe cinese de Galuppi), le déclin est franchement prononcé et la duchesse de Northumberland écrit « Elisi a perdu sa voix et le voilà gros comme un marsouin. »
Entre-temps, on avait pu réentendre Elisi à Venise avec Camilla Mattei et le ténor Carlani dans Didone abbandonata de Galuppi, et à Rome en 1763 avec le castrat Carlo Nicolini dans Vologeso de Bertoni – là encore les critiques sont cinglantes. Malgré le déclin, on entend encore Elisi à Rome comme primo uomo dans Alessandro nell'Indie d'Anfossi, avec le ténor Afferri, en 1772.

Sarah Goudar écrit en 1771 qu'« Elisi aimait les airs qui font tomber des guinées. » et confirme son déclin vocal. Mancini, autrement averti et se rappelant du chant du grand Elisi, le cite cependant comme les chanteurs de premier ordre. La voix étendue, de nature aiguë du soprano Elisi apparaît clairement dans les coloratures insistantes que lui confie Cafaro dans son Ipermestra (écrit en clé d'ut1) :

Merope Merope D. Terradellas 1743 Rome
> airs Dove si vide mai * Un'empio m'accusa M. G. Schiavo, Dolce & Tempesta dir. S. Demicheli – CD Fuga Libera 2009
Pelopida Clito G. Abos 1747 Rome
> duo Padre... addio Jeune orchestre atlantique dir. S.-M. Degand – retransmission de concert, La Vallette 2013
Il Re pastore Aminta A. Mazzoni 1756 Madrid
  A. M. Panzarella, Real Compañía Ópera de Cámara dir. J. B. Otero – Aminta, CD K617
Ippolito ed Aricia Ippolito T. Traetta 1759 Parme
  Version parfois transposée : A. Manzotti, Orchestra Internazionale d'Italia dir. D. Golub – CD Dynamic
M. Bender, Les Talens lyriques dir. C. Rousset – retransmission de concert
La Clemenza di Tito Sesto B. Galuppi 1759 Turin
  A. Meláth, Orchestre Baroque de Savaria dir. F. Pirona – CD Hungaroton 2008