Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Pietro CASATI

  1684 – 1745

Aussi [Cassati] [Gassati] [Casatti] [Pier Casati]

Pietro Casati est né à Novara. Il possède une bonne voix de contralto qui le pousse sur scène à Venise, dans Il Costantino de F. Gasparini (1711) ou encore Marsia deluso de Pollarolo (1714). Après Naples en 1716, il est à Rome où il prend part au pasticcio Il Trace in catena, avec Pinacci, Farfallino, Carli et le soprano virtuose Geri. L'impresario Zambeccari ne s'en forme guère une opinion positive :
Casati est vraiment insupportable, tant pour la monotonie de son chant que pour son orgueil démesuré ; il est en phase avec Senesino et ces deux-là ne respectent personne. Ainsi, personne ne peut plus les voir et c'est presque tout Naples, sinon la ville entière, qui les considèrent comme deux eunuques vaniteux.

Employé à la cour de Vienne à partir de 1717, il joue les seconds rôles dans de nombreux opéras et oratorios dont Enea, Psiche, et s'illustre dans Costanza e Fortezza de Fux à Prague, pour les festivités de 1723. L'année suivante il est Solone dans le Creso de Conti. Sa carrière se poursuit longtemps à la cour impériale, lui permettant d'incarner d'importants personnages imaginés par Métastase au cours des années 1730 : Farnaspe dans Adriano in Siria de Caldara, Ulisse dans Achille in Sciro, Radamisto dans Zenobia de G. Bononcini (1737) etc. Casati croise ainsi les meilleurs chanteurs fixés à Vienne (Orsini, Borosini, Mlles Lorenzani, Schoonians et Holzhauser) ou seulement de passage, comme la Bordoni (citons Spartaco de Porsile en 1726), Carestini, Farinelli...

Remarquable chanteur, Casati se distingue cependant plus par sa présence et son talent d'acteur que par ses qualités vocales (notamment d'après le témoignage de Burney). Cela suffit à ce qu'on charge Casati d'incarner des figures aussi importantes que Tito, Temistocle ou Ulisse ! Le librettiste de Vienne avant Métastase, le non moins célèbre Zeno, loue régulièrement le castrat dans sa correspondance, par exemple à propos d'Alessandro in Sidone en 1721, ou du Gianguir de 1724 (musiques de Caldara) à propos duquel il écrit :
[L'opéra] dure quatre heures et demi, et paraît extrêmement court. Mon maître n'en finit pas de dire de sa satisfaction, et la signora Laurenzani [Lorenzani] fait des merveilles avec Pier Casati.

Le contralto reste en service jusqu'à sa mort en 1745.

Carlo, re d'Alemagna Adalgiso A. Scarlatti 1716 Naples
  Version abrégée : M. B. Kielland, Stavanger symphony orchestra dir. F. Biondi – CD AgOgique 2013
Ifigenia in Aulide Teucro A. Caldara 1718 Vienne
> air Tutto fa nocchiero esperto P. Jaroussky, Le Concert d'Astrée dir. E. Haïm – Caldara in Vienna, CD Virgin classics 2010
Don Chisciotte in Sierra Morena Cardenio F. Conti 1719 Vienne
  Version abrégée : F. Fagioli, Akademie für alte Musik Berlin dir. R. Jacobs – retransmission de représentations, Beaune, 2005
Psiche Mercurio J. J. Fux 1720 Vienne
  R. Jacobs, Cappella Academica dir. E. Melkus – retransmission de concert, Innsbruck, 1978
Costanza e Fortezza Muzio Scevola J. J. Fux 1723 Prague
  Version abrégée : C. Cavina, Trompeten Consort Friedemann Immer dir. H. Arman – retransmission de concert à Vienne 1991
David Abner F. Conti 1723 Vienne
  S. Prina, Il Complesso barocco dir. A. Curtis – CD Virgin Veritas 2007
La Concordia de' Pianeti Marte A. Caldara 1723 Vienne
  C. Mena, La Cetra dir. A. Marcon – CD Archiv Produktion 2014
I Disingannati Acasto A. Caldara 1729 Vienne
  K. Wessel, S. Kuijken – retransmission de représentations, Innsbruck 1993
La Clemenza di Tito Tito A. Caldara 1734 Vienne
  M. Fracassini, Orchestra della Stagione Armonica dir. S. Balestracci – CD Bongiovanni 2003
Temistocle Temistocle A. Caldara 1736 Venise
> air Ah, frenate il pianto imbelle X. Sabata, Armonia atenea, dir. G. Petrou – Catharsis, CD Aparté 2017
Il Gedeone Gedeone N. Porpora 1737 Vienne
  K. Wessel, Wiener Akademie dir. M. Haselböck – CD CPO 1999