Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Gaetano MAJORANO

1710 – 1783

dit Caffarelli

Aussi [Cafarelli] [Caffarello] [Caffariello] [Gaffarelli] [Majorana] [Cafarellino]

C'est près de Bari que l'un des plus sérieux rivaux de Farinelli voit le jour. Contrairement à ce légendaire collègue, l'histoire a retenu de Caffarelli certes une voix exceptionnelle, mais aussi un caractère impossible et nombre d'anecdotes reflétant ses caprices.
Gaetano MajoranoUn certain Cafaro (qui n'est pas le compositeur du même nom) le prend sous son aile et lui apprend le chant avant de l'envoyer subir la castration. Majorano tire son surnom de ce premier formateur, mais c'est auprès de Porpora, premier maître de chant de son temps et également professeur de Farinelli que le jeune soprano apprend les secrets et la technique qui le propulsent parmi l'élite : il semble que Porpora ait particulièrement apprécié le castrat puisque la légende lui fait dire « Va, mon fils. Je n'ai plus rien à t'apprendre. Tu es le premier chanteur d'Italie et du monde. »

Comme nombre de ses collègues, Majorano débute jeune puisqu'il incarne Alvida dans Valdemaro – chanté par le contralto Berenstadt – de Sarro à l'âge de seize ans, à Rome. Il y reste deux ans, mais de premières frasques amoureuses le poussent à quitter la ville pour Turin puis Venise : il y chante notamment dans Nerina de Pollarolo avec Teresa Peruzzi. Le castrat passe ensuite par Milan puis glane des succès dans les académies turinoises en 1729. L'année suivante, il est de retour à Rome, déjà reconnu comme un prodige et sert les œuvres de son maîtres Porpora : il crée ainsi Mitridate et Siface puis la saison suivante Pirro dans Cajo Fabrizio de Hasse puis Germanico de Porpora après un passage à Pistoia, Gênes et surtout Milan. C'est dans cette dernière cité qu'il croise Goldoni, qui évoque dans ses mémoires la pénible lecture publique de son drame avec Caffarelli dans l'assistance :
j'annonce le titre d'Amalasunte ; Caffarelli chante le mot Amalasunte ; il est long et lui paraît ridicule : tout le monde rit, je ne ris pas [...] Comment, reprit-il, vous faîtes ouvrir la scène par le premier acteur alors que tout le monde vient, s'assoit et fait du bruit ? Pardi ! Monsieur, je ne serai pas votre homme...
CaffarelliEn 1732, Caffarelli fait incontestablement partie de la fine fleur des vocalistes italiens et partage la scène avec la Cuzzoni, la Tesi, Amorevoli, Babbi, Marianino, Anna Peruzzi, etc. à Venise, Milan et Bologne. L'année suivante marque la confrontation de Caffarelli avec Farinelli dans Siroe de Hasse à Bologne avec Tesi et Peruzzi. Les castrats se retrouvent l'année suivante dans le célèbre Merope de Giacomelli et Berenice d'Araja à Venise avec Facchinelli le ténor Tolve.

En 1734, Caffarelli s'installe durablement à Naples, ville dans laquelle il s'illustrera particulièrement. Après Il Castello d'Atlante de Leo et quelques prestations à l'étranger, Caffarelli est primo uomo assoluto dans nombre d'opéras, entouré des meilleurs chanteurs du moment. Sa position locale se renforce lorsqu'il parvient à remplacer le vieux Matteuccio à la chapelle royale.
Caffarelli est alors invité à Londres par l'impresario de la compagnie de Haendel, Heidegger : il faut un castrat de ce calibre pour concurrencer Farinelli présent dans la troupe rivale, et endiguer la désaffection d'un public lassé par l'opera seria. Entouré de la Francesina, de Margherita Chimenti, Montagnana et Antonia Merighi, le soprano chante dans Faramondo, le pasticcio Alessandro severo et Serse de Haendel ainsi que La Conquista del vello d'oro de Pescetti et Partenio de Veracini pour la saison 1738-39. Fidèle à son caractère, Caffarelli se rend néanmoins insupportable sans parvenir à surpasser Farinelli, et rentre à Naples après cette unique année londonienne.
CaffarelliLe soprano est toujours plus impétueux et pousse ses protecteurs à bout : il se bat en pleine église, perturbe ses collègues sur scène... On cherche même à le remplacer par le talentueux Gizziello, dont la douceur et la modestie sont à la mesure des prétentions de Caffarelli, mais le soprano décline l'offre prudemment. Caffarelli se produit peu hors de la cité parthénopéenne, si l'on excepte Rome en 1735 pour Nerone de Duni (avec Amadori, Farfallino), ou encore Madrid en 1739 pour les noces royales dans Farnace de Corselli, et Florence en 1747 dans Cajo Fabrizio de Caldara. À Naples, il sert particulièrement les compositeurs Leonardo Leo, Latilla, Porpora, Hasse, Sarro, Perez puis Galuppi, Traetta, Manna, Jommelli, Cocchi... Parmi ses plus fidèles partenaires se trouve la fameuse Giovanna Astrua. À partir de 1747, il voyage de nouveau régulièrement entre Naples, Florence, Rome, Lucques... Vienne a le privilège d'accueillir le sublime chanteur en 1749, mais si son caractère est toujours aussi détestable, son soprano est déjà sur le déclin : Metastasio installé à la cour impériale se fait l'écho des démêlés du castrat, et notamment une rixe entre Caffarelli et le poète Migliavacca, interrompue par la Tesi, dans une lettre à la princesse Belmonte :
le forcené Caffarelli, fasciné et apaisé au paroxysme de sa fureur par une délicatesse si imprévue, court avec transport à sa rencontre, dépose son glaive à ses pieds, demande pardon pour son écart de conduite et, lui sacrifiant sa vengeance, dépose mille baisers sur ses mains, en signe d'obéissance et de respect.

Malgré l'usure des moyens et une paresse envahissante, Caffarelli est encore capable de se montrer à la hauteur de sa réputation, lorsqu'il daigne faire quelques efforts. La Clemenza di Tito de Gluck de 1752 montre assez l'ampleur de ses capacités ! Il se distingue particulièrement à Paris en 1753 alors que le roi l'invite pour divertir la dauphine Marie-Josèphe de Saxe pendant sa grossesse. Caffarelli est aussi convié à Lisbonne en 1755 pour l'inauguration du nouvel opéra du Taje, où il chante Alessandro nell' Indie de Perez et échappe miraculeusement au tremblement de terre qui détruit la ville. Le castrat se produit encore à Madrid avant de rentrer en Italie où ses prestations sont sérieusement espacées. Il chante encore occasionnellement au San Carlo, par exemple en 1763 dans Il Trionfo di Clelia de Hasse.
Installé à Naples ou dans une luxueuse villa des Pouilles ornée de l'inscription Amphion Thebas, ego domum [Amphion construisit Thèbes, moi cette maison] bien vite complétée par un plaisantin ille cum, tu sine [Lui en avait, toi non], Caffarelli achève sa vie paisiblement.

Le castrat marque surtout les esprits comme un fabuleux chanteur dans la bravura – c'est sur ce point qu'il l'emporte sur Gizziello lors d'une confrontation. Les airs qui nous restent marquent une préférence pour les longs traits et les écarts vocaux vertigineux sur plus de deux octaves (Sul mio cor de Farnaspe de Pergolesi), les tessitures tendues jusqu'au contre-ré. Mais le répertoire retient aussi de merveilleux airs cantabile comme Se mai senti spirarti sul volto de Gluck, Lieto così talvolta de Farnaspe et surtout le fameux largo [larghetto] de Haendel Ombra mai fu.

Valdemaro Alvida D. Sarro 1726 Rome
> air Un cor che ben ama F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013
Siface Siface N. Porpora 1730 Rome
> air Come nave in mezzo all' onde * Usignolo sventurato C. Bartoli, Il Giardino armonico dir. G. Antonino – Sacrificium, CD Decca 2009
Germanico in Germania Arminio N. Porpora 1732 Rome


> air Parto, ti lascio o cara

> airs Empi, se mai disciolgo * Serba costante il cor
M.E. Nesi, Cappella cracoviensis dir. J.T. Adamus – retransmission de concert, Cracovie 2017
C. Bartoli, Il Giardino armonico dir. G. Antonino – Sacrificium, CD Decca 2009
S. Kermes, La Magnifica Comunità – Dramma, CD Sony classical 2012 (le 2e air est disponible sur Itunes uniquement)
Cajo fabricio Pirro J. A. Hasse 1732 Rome
> extrait de l'air Non ha piu pace C. Wells, Ensemble Serse dir. O. Webber – captation de concert, 2012, audible sur la page Soundcloud de l'ensemble
Euristeo Ormonte J. A. Hasse 1732 Venise
> réc. et air Vede il nocchier V. Genaux, Concerto Köln dir. M. Hoffmann – retransmission de concert, Schwetzingen, 2011
Siroe [1] Medarse J. A. Hasse 1733 Bologne
> air Fra l'orror della tempesta * Ebbe da te la vita
> air Torrente cresciuto
F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013
A. Raunig, Concilium Musicum Wien – Arno Raunig singt Kastratenarien, CD
Siface Siface Sellitto et al. 1734 Naples
> air Ti parli in seno amore Air de Porta ? M. E. Nesi, Armonia atenea dir. G. Petrou – Baroque divas, CD Decca 2015
Adriano in Siria Farnaspe G. B. Pergolesi 1734 Naples
  O. Pasichnyk, Accademia bizantina dir. O. Dantone – retransmission de représentations, Jesi, 2007
A.M. Dell'Oste, Accademia bizantina dir. O. Dantone – DVD Opus arte, Coadex, 2012
Demofoonte Timante Leo/Mancini/Sarro 1735 Naples
  Version en suédois : K. Blixt, dir. M. Tatlow – retransmission de représentations, Vadstena, 2005
Alessandro severo Alessandro G. F. Haendel 1738 Londres
  M. E. Nesi, Armonia atenea dir. G. Petrou – CD CPO 2011
Faramondo Faramondo G. F. Haendel 1738 Londres
  M. E. Cencic, I Barocchisti dir. D. Fasolis – CD Virgin veritas 2009
Serse Serse G. F. Haendel 1738 Londres
  Enregistrement au choix
Semiramide riconosciuta [2] Scitalce N. Porpora 1739 Naples


> air Passagier che sulla sponda

> air Vorrei spiegar l'affanno
Rôlé très abrégé : B. Staskiewicz, Accademia bizantina dir. S. Montanari – retransmission de concert, Beaune, 2011
F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013
F. Fagioli, Academia montis regalis dir. A. De Marchi – Il Maestro, Porpora arias, CD Naïve 2014
Demofoonte Timante L. Leo 1742 Naples
> airs Sperai vicino il lido * Misero pargoletto F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013
Andromaca Oreste L. Leo 1742 Naples
> air Talor che irato il vento D. Hansen, Academia montis regalis dir. A. De Marchi – Rivals, CD Deutsche Harmonia Mundi 2013
Il Decebalo Flavio L. Leo 1743 Naples
  A. Manzotti, ensemble Romabarocca dir. L. Tozzi – CD Bongiovanni. Attribution incertaine
Lucio Vero Vologeso G. Manna 1745 Naples
> air Cara ti lascio, addio F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013
Arianna e Teseo Teseo F. De Majo 1747 Naples
> air Per trionfar pugnando S. Kermes, La Magnifica Comunità – Dramma, CD Sony classical 2012
Lucio Papirio Dittatore Quinto Fabio G. Manna 1748 Rome
> air Odo il suono di tromba guerriera F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013
Achille in Sciro [1] Ulisse N. Jommelli 1749 Vienne
> scène II-7 J. Bowman, dir. R. Weikert – retransmission de représentation du pasticcio Porporino, Aix-en-Provence, 1979
L'Ipermestra Linceo P. Cafaro 1751 Naples
> air Rendimi più sereno

> air Gonfio tu vedi il fiume
F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013
F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – accessible sur le site d'artiste
La Clemenza di Tito Sesto C. W. Gluck 1752 Naples


> air Se mai senti spirarti sul volto
R. Milanesi, L'Arte del mondo dir. W. Ehrhardt – CD Deutsche Harmonia Mundi 2014
Enregistrement au choix
Antigono Demetrio A. Mazzoni 1755 Lisbonne
  P. Lucciarini, Orchestra Divino Sospiro dir. E. Onofri – CD Dynamic 2014
Récital hommage divers    
  F. Fagioli, Il Pomo d'oro dir. R. Minasi – Arias for Caffarelli, CD Naïve 2013