Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Paolo BELLI

1767 ou 1769 – 1845

Aussi []

Originaire de Fermo, Paolo fait partie de ces chanteurs de moindre talent qui profitèrent de la pénurie de castrats à la fin du siècle pour se frayer un chemin vers le devant de la scène. Il commence par servir à la chapelle de Camerino, puis à Fermo où il demeure jusqu'à la fin de sa vie, après son jubilée en 1840.
On l'entend à Camerino sur scène en 1780 dans des rôles féminins de L'Infedeltà fedele, rôles féminins qu'il endosse encore à Pérouse en 1783 et 1784, dans l'opera buffa et seria, par exemple dans le très populaire Giulio Sabino de Sarti (Voadice). Toujours en travesti, Belli paraît à Fano puis Rome en 1788-89. Le Mercure de France commente sans ambages deux productions bouffes du Teatro Valle, signées Giordani et Fabrici (La Nobiltà villana) : échec totaux et chanteurs « détestables », seul le ténor Lipparini étant épargné. Sa carrière se poursuit sur des scènes de second plan : Fermo, Lucques, Macerata, Foligno, Pérouse, Ancône... essentiellement en travesti. Le castrat est tout de même Cesare dans Catone in Utica de Winter au San Benedetto de Venise en 1791. La même année, il est à Florence et chante Pirro de Paisiello, grand succès de l'époque, avec Ansani et Anna Davia. Il passe par Bologne, Pise, Florence à nouveau, puis Padoue, Macerata, Jesi. En 1798, Paolo retrouve Venise comme primo uomo serio dans Olindo e Sofronia d'Andreozzi et Adriano in Siria de Mayr avec le grand ténor Mombelli. Ses dernières années scéniques lui permettent d'incarner des premiers rôles sérieux à Trieste, Bescia et Ascoli. Il doit abandonner la scène au tournant du siècle et se cantonner au chant d'église. Belli laisse quelques partitions.