Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Giuseppe APRILE

1732 – 1813

dit Sciroletto

Le castrat Aprile voit le jour à Tarente près de Martina Franca et se forme d'abord auprès de son père, notaire et chanteur d'église. À onze ans, il est castré et envoyé à Naples où il étudie auprès du maestro Sciroli, qui lui prête son nom de scène.
Giuseppe AprileÀ vingt ans, Aprile intègre la chapelle royale de Naples, et débute dans Ricimero et L'Eroe cinese de Galuppi ainsi qu'Ifigenia in Aulide de Jommelli en 1753 (rôle d'Euribate). La rencontre avec la musique de ce compositeur augure bien de la suite de sa carrière : alors que Jommelli est nommé Kapellmeister à la cour de Stuttgart, c'est au castrat soprano qu'il fait appel en 1756. Après un passage à Rome dans le rôle titre d'Ezio de Traetta, Aprile interprète les premiers rôles à Ludwigsburg, notamment dans La schiava liberata, Didone abbandonata ou Fetonte. Il passe aussi une saison à Madrid en 1758, avec Raaff et Maddalena Parigi. Il continue de se produire en Italie régulièrement, et chante Gianguir de Ciampi à Venise en 1759, à Turin pour le carnaval 1761-62 avec la Gabrielli (par exemple Ifigenia in Aulide) et entre Turin, Palerme et Naples en 1765 et 1766 dans Sacchini, Hasse, Piccinni...
En 1769, Aprile quitte définitivement la cour de Württemberg, criblé de dettes.

De retour à Naples via Rome, Aprile interprète les derniers opéras du fidèle Jommelli, dont Armida abbandonata avec Anna De Amicis et l'avant-dernière version de Demofoonte. Mozart adolescent commente ainsi sa prestation dans le rôle de Rinaldo : « La De Amicis chante de façon incomparable, comme aussi Aprile, qui a chanté à Milan. » Charles Burney, le célèbre musicographe, a un avis plus mitigé et prête à Aprile « une voix plutôt faible et inégale, à l'intonation incertaine ; mais présente bien, possède un bon trille, beaucoup de goût et d'expression. »
Deux ans plus tard, il est Titano dans Cerere placata avec Tibaldi et la Bernasconi à Naples, qui demeure sa scène de prédilection. La décennie 1770 voit néanmoins le castrat se produire aussi à Turin (comme dans le rôle titre de Gengis-Kan d'Anfossi), Milan et Florence, où il crée l'un des grands succès du temps, Medonte, re d'Epiro de Sarti avec Rosa Agostini.
En 1783, Aprile prend la place de primo musico della cappella reale de Naples, s'inscrivant dans le glorieux sillage de Matteuccio puis Caffarelli ; ce n'est qu'en 1798 qu'il renonce à cette fonction. Son retrait des scènes a lieu en 1785, et outre ses fonctions à la chapelle, Aprile se consacre à l'enseignement. Très réputé comme pédagogue, il compte Cimarosa ou lady Hamilton parmi ses élèves et publie ses solfèges et une méthode de chant.
Retiré dans sa ville natale en 1798, il meurt en 1813.

Plutôt que soprano ou contalto, on peut raisonnablement définir Aprile comme un mezzo-soprano capable d'envolées au-delà de cette tessiture centrale. Sa maîtrise technique et son expressivité était remarquables, soutenant la vogue des airs bipartites ou rondos lui permettant de faire montre de sa palette vocale et dramatique. Schubart écrit qu’« il chante avec la pureté d’une cloche jusqu’au contre-mi. »

L'Olimpiade Megacle N. Jommelli 1761 Stuttgart
> air Lo seguitai felice R. Basso, Venice Baroque Orchestra dir. M. Chryssicos – pasticcio L'Olimpiade, CD Naïve, 2012
Didone abbandonata [2] Enea N. Jommelli 1763 Stuttgart
  M. Borst, Stuttgart Kammerorchester dir. F. Bernius – CD Orfeo
Demofoonte [3] Timante N. Jommelli 1764 Stuttgart
  M. Borst, dir. F. Bernius – retransmission de concert
Montezuma Montezuma F. De Majo 1765 Turin
  M. Ercolano, La Cappella della pietà de' turchini – retransmission de concert
Il Re Pastore [2] Aminta N. Piccinni 1765 Naples
  M. Arizzi, Orchestra internazionale d'Italia dir. G. B. Rigon – retransmission de représentations, Martina Franca 2008
La Critica Siface N. Jommelli 1766 Ludwigsburg
  P. Lopez, Stella matutina dir. T. Platzgummer – retransmission de représentations, Ludwigsburg 2016
Fetonte [2] Fetonte N. Jommelli 1768 Stuttgart
  L. D'Intino, orchestre de la Scala dir. H. Vonk – retransmission de représentations, Milan, 1988
J. Waschinski, Stuttgart Chamber Orchestra dir. F. Bernius – retransmission de concert, 2001
La Schiava liberata Selim N. Jommelli 1768 Stuttgart
> air Dal sonno o Dio K. Kuhlmann, dir. G. Kuhn – retransmission d'un spectacle pasticcio, Naples, 1987
Armida abbandonata Rinaldo N. Jommelli 1770 Naples
  C. Brua, Les Talens lyriques dir. C. Rousset – CD Ambroisie
Demofoonte [4] Timante N. Jommelli 1770 Naples
  J. M. Lo Monaco, Orchestra giovanile Cherubini dir. R. Muti – retransmission de représentations, Paris, 2009
Miserere soprano N. Jommelli 1774 Naples
  G. Manci, La Magnifica Comunità dir. M. Ciampi – CD Nuova Era
Solfeggio G. Aprile    
  A. Christofellis, Ensemble Seicentonovecento dir. F. Colusso – Les castrats au temps de Mozart, CD EMI, 1996