Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Gennaro LUZIO

? – ?

Aussi [Lucio] [de Luzzo] [Luzi]

Cette basse bouffe est l'un des piliers des scènes napolitaines pendant une cinquantaine d'années, marquant de sa voix et de son tempérament tout un pan de la création musicale, à l'instar des Casaccia.
Il débute apparemment vers 1766, selon B. Croce. Luzio est l'étoile du Teatro Nuovo dans les années 1770. En 1774, il paraît par exemple dans Il Credulo deluso d'Anfossi. Il participe évidemment aux maints opéras de Cimarosa et Paisiello qui commencent à inonder les scènes locales, ainsi que Guglielmi, etc.
On le retrouve à Rome en 1778, créant notamment L'Italiana in Londra de Cimarosa, grand succès partagé avec le jeune castrat Crescentini et la basse Bussani. Luzio y incarne évidemment un rôle de serviteur napolitain. Il donne aussi une pièce de Salieri.
C'est toutefois bien à Naples qu'il mène l'essentiel de sa carrière. On l'y retrouve par exemple en 1781 dans Lo Stravagante de Piccinni. Luzio a pour rival l'irrésistible Casaccia – ils se disputent notamment la palme concernant le rôle principal du Socrate immaginario de Paisiello – et paraît même l'emporter auprès des spectateurs. Les deux chanteurs participent à L'Apparenza inganna de Cimarosa en 1784 aux Fiorentini, et le livret précise que Casaccia et Luzio bénéficient de rôles égaux ; on y entend aussi l'adorable Coltellini. En 1789, c'est avec Anna Davya et une Teresa Bertinotti débutante que Luzio présente L'Amor contrastato de Paisiello, nouveau triomphe. La même année, il semble chanter Timagene dans Alessandro nell'Indie de Guglielmi avec le ténor David, la Morichelli et le contralto Monnani, incursion rarissime dans le genre sérieux. Il paraît aussi avec Anna Benini et son époux le ténor Mengozzi, ou encore la basse Blasi. En 1796, il est rejoint par la Tomeoni dans La Pietra simpatica de S. De Palma.

Au tournant du siècle, Luzio reste incontournable : la tradition continue entre reprises et créations de Nicolini, Fioravanti, Pavesi, etc. On l'entend par exemple en 1800 dans Le Gare generose de Paisiello avec Dorotea Sardi-Bussani. La basse interprète aussi P.A. Guglielmi, Portogallo, Sarti, Gnecco, Mosca, etc. et se produit parfois au théâtre de cour de Caserte. Gennaro commence à se produire avec son fils Gennarino : les voici réunis en 1811 dans Le due simili in una de P.C. Guglielmi. Ce second Luzio surnommé Pappone s'illustre dans l'opéra bouffe italien jusqu'aux années 1850, brillant notamment dans Donizetti (c'est le créateur de Mamma Agata dans Le convenienze e inconvenienze teatrali), avec un succès immense. Ainsi, Luzio senior et Gennarino paraissent encore ensemble au Teatro Nuovo en 1820, dans Violenza e Costanza de Mercadante ! On pourra ainsi difficilement distinguer qui chante quoi dans certaines pièces du début de ce siècle, signées Pavesi, Donizetti, Rossini, etc.

Fondamentalement napolitain jusque dans l'idiome chanté sur scène, Luzio incarnait même régulièrement le personnage de la commedia dell'arte emblématique de la ville : Polichinelle (Pulcinella). Avec Carlo Casaccia, et dans une moindre mesure Trabalza, Ferraro, Antonio et Giuseppe Casaccia, Gennaro Luzio était l'essence même de l'opera buffa à Naples à son apogée.

Don Chisciotte della Mancia Sancio G. Paisiello 1769 Naples
  R. Franceschetto, orchestre de l'opéra de Rome dir. P.G. Morandi – CD Nuova Era, 1990
Pulcinella vendicato Pulcinella G. Paisiello 1770 ? Naples
  G. De Vittorio, Cappella de' turchini dir. A. Florio – CD Naïve, 2001
La Finta Parigina Don Martino D. Cimarosa 1773 Naples
  A. Battiato, orchestre philarmonique de Sicile dir. D. Lombardini – CD Bongiovanni 1999
Il Duello Policronio G. Paisiello 1774 Naples
  Orchestra internaziole d'Italia dir. G. Carella – CD Dynamic 2003
Il Socrate immaginario Don Tammaro G. Paisiello 1775 Naples
  C. Stamboglis, orchestra sinfonica di Savona dir. G. De Stefano – CD Bongiovanni
L'Italiana in Londra Polidoro D. Cimarosa 1778 Rome
  Orchestra sinfonica di Piacenza dir. C. Rizzi – CD Bongiovanni
Li Sposi per accidente Pulcinella D. Cimarosa 1781 Naples
  Orchestre de la RTSI dir. B. Martinotti – CD Foyer records, réédition 1970
Chi d'altrui si veste presto si spoglia Martuffo D. Cimarosa 1783 Naples
  Scarlatti Chorus and Orchestra dir. R. Muti – CD Nuova Era
Il Convitato di pietra Pulcinella G. Tritto 1783 Naples
  B. De Simone, strumentalisti del teatro di San Carlo dir. P. Maag – retransmission de représentation, Naples, 1995
La Baronessa stramba Pulcinella D. Cimarosa 1786 Naples
  P. Montarsolo, orchestra dell'associazione Alessandro Scarlatti di Napoli della RAI dir. F. Caracciolo – retransmission radio, 1956
Il Credulo Don Catapazio D. Cimarosa 1786 Naples
  S. Bruscantini, orchestra sinfonica di Milano della RAI dir. A. Simonetto – retransmission radio, 1956
Le Trame deluse Nardo D. Cimarosa 1786 Naples
  S. Bruscantini, orchestra sinfonica di Milano della RAI dir. V. Gui – 33t, 1969
L'Impresario in angustie Don Perizonio D. Cimarosa 1786 Naples
  G. Zarelli, Orchestra En Canto dir. F. Maestri – CD Bongiovanni 2001
L'Amor contrastato Pistofolo G. Paisiello 1789 Naples
[ossia La Molinara] S. Bruscantini, orchestra da camera Alessandro Scarlatti di Napoli della RAI dir. F. Caracciolo – retransmission radio
I Traci amanti Giorgiolone D. Cimarosa 1793 Naples
  B. De Simone, Orchestra di Padova e del Veneto, dir. S.A. Reck – retransmission de représentations, Città di Castello, 1995 (Festival delle nazioni)
Le cantatrici villane Don Bucefalo V. Fioravanti 1799 Naples
  S. Bruscantini, Orchestra di Napoli dir. M. Rossi – CD Warner-Fonit, rééd. 1951
B. De Simone, orchestre du San Carlo dir. T. Severini – captation de représentations, Naples, 1990
I Vampiri Capitan Treassi P. Palma 1812 Naples
 

B. De Simone, Orchestra filarmonica Marchigiana, dir. F. Maestri – retransmission de représentations, Fermo 1990