Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Franz Xaver GERL

1764 – 1827

Aussi [Franz Görl]

Franz Xavier voit le jour à Ansdorf, ville située en Bavière puis en Autriche. Il a un frère de deux ans plus jeune, basse également, Judas Thaddaüs, souvent confondu avec lui car présent au même moment à Vienne, mais ensuite actif à Salzbourg.
Enfant, Franz Xaver est choriste à Salzbourg, où il étudie peut-être avec Leopold Mozart. Le chanteur poursuit des études à l'université locale mais débute comme basse et acteur en 1785 dans la troupe de Ludwig Schmidt à Erlangen. Passant ensuite par Düsseldorf, Mayence et Cologne, dans les rôles bouffes, il rejoint en 1787 la troupe d'Emanuel Schikaneder, auteur dramatique, directeur d'opéra et baryton, à Regensburg. C'est là qu'il reprend Osmin dans Die Entführung aus dem Serail : ce rôle de basse extrêmement difficile composé pour l'immense Fischer devait bien convenir à Gerl, qui réclame des qualités similaires, notamment un grave profond, dans Sarastro, sa création la plus fameuse quelques années plus tard. À Regensburg, Gerl chante aussi en allemand un Singspiel adapté de Fra i due litiganti, grand succès comique de Sarti. Il y rencontre également la modeste soprano Barbara Reisinger, qu'il épouse en 1789.
Franz Xaver GerlLa troupe de Schikaneder s'installe à Vienne au Theater auf der Wieden en 1788 : Gerl y côtoie le ténor Schack et la très aiguë soprano Josepha Hofer ; son épouse et son frère font aussi partie de l'effectif. Dans la troupe de Schikaneder, les créations sont plus ou moins collégiales, plusieurs chanteurs et compositeurs mettant la main aux partitions de Singspiele jouant sur les veines populaires, exotiques et merveilleuses. Gerl y exerce donc aussi comme compositeur, en particulier dans Don Quixote und Sancho Pansa en 1790. Il collabore avec Henneberg mais aussi Schack, Schikaneder et Mozart dans Der Stein der Weisen la même année, ou encore Der dumme Gärtner l'année précédente pour les débuts de la troupe (illustration ci-contre, Gerl debout avec son épouse face à Schikaneder). Sa création la plus célèbre est évidemment Sarastro dans Die Zauberflöte fin 1791 (la littérature estime qu'il aurait pu s'agir de son frère). Ce n'est pourtant pas lui mais Sebastian Mayer, époux de la Hofer, qui incarne le personnage dans la suite écrite par Peter von Winter en 1798 et assume les rôles de première basse après Gerl.

En effet, Gerl quitte la troupe de Schikaneder en 1793. Il se produit ensuite à Brno de 1794 à 1801, avec sa femme. Gerl y donne son Singspiel Graf Balberone en 1796, mais aussi Der wohltätige Derwisch qu'il avait créé à Vienne, et qu'il produit encore dans la ville où il se fixe par la suite.
Le couple est ensuite employé à Mannheim, où meurt Barbara en 1808 ; Franz épouse la sœur aînée de la défunte, également actrice et chanteuse. À Mannheim, son répertoire est vaste et embrasse les succès de Méhul (Joseph, en 1811), Soler (Lilla), Dalayrac (Rudolph von Crequi, encore en 1811), Spontini et Weigl. Mais dans les années 1810, il s'oriente de plus en plus vers le théâtre parlé, dont les drames de Schiller, ce que regrette un critique dès 1811 : on célèbre encore le chant et le jeu sincère de Gerl. Il prend sa retraite en 1826, un an avant sa mort.

On l'a vu, cet artiste jouissait d'un organe impressionnant, à une époque où les basses bénéficiaient d'un regain de faveur, en particulier dans les terres germaniques où cette tessiture a toujours été très bien défendue. Il est surtout connu pour son passage à Vienne, finalement assez bref, et sa création mozartienne. Notons que Gerl a défendu d'autres rôles de Mozart par la suite – en allemand bien sûr.

Oberon Almanzor/Orakel P. Wranitzky 1789 Vienne
  G. Hofer/T. Krug, Chor und Orchester des Staatstheaters am Gärtnerplatz dir. A. Mounk – retransmission de représentations, Schwetzingen 1980
Der Stein der Weisen Eutifronte Henneberg et al. 1790 Vienne
  A. Ewing, Boston baroque dir. M. Pearlman – CD Telarc 1999
Der wohltätige Derwisch Fürst von Banno 1791 Vienne
  A. Ewing, Boston baroque dir. M. Pearlman – CD Telarc 2002. Attribution incertaine
Per questa bella mano   W. A. Mozart 1791 Vienne
[air d'insertion ou de concert] Enregistrement au choix
Die Zauberflöte Sarastro W. A. Mozart 1791 Vienne
  Enregistrement au choix
In tanta solemnitate F. X. Gerl Vienne
  ?