Liste des sopranos

Liste des contraltos

Liste des castrats

Liste des tenors

Liste des basses

Giuseppe et Antonio CASACCIA

1719 – 1793

dit Casacciello

Et Giuseppe, Carlo... Aussi [Casaciello pour Antonio]

Cette dynastie de chanteurs bouffes est extrêmement populaire à Naples dans l'opera comica pendant plus d'un siècle. Giuseppe et Antonio s'illustrent du milieu à la fin du XVIIIe siècle dans les théâtres de la cité parthénopéenne, et surtout le Teatro di Fiorentini puis le Teatro Nuovo, mais c'est Antonio qui est désigné comme primo buffo napoletano dans le livret de L'Apparenza ingannata de Cimarosa en 1784, accompagné de le célèbre Coltellini, et généralement célébré comme sans égal.

Giuseppe est l'aîné d'Antonio, ou son père selon les sources (p. ex. Salvatore di Giocomo) ; on lui prête cependant une date de naissance antérieure de cinq ans seulement à celle d'Antonio... Né en 1714, il débute dans sa ville natale de Naples en 1749. On l'entend jusqu'à Rome où il crée Mengotto dans l'un des opéras bouffes les plus fameux du siècle : La Buona Figliuola de Piccinni, en 1760, avec notamment le castrat Savoj.
Quant à Antonio, il débute en même temps que son frère en 1749. On l'entend dans Olimpia tradita de Sacchini en 1758. Au Teatro nuovo, Giuseppe et Antonio interprètent L'Idolo cinese de Paisiello en 1767, avec un succès tel que l'œuvre bouffe reçoit, pour la première fois, l'honneur d'être donnée au palais royal. Giuseppe et Antonio Casaccia chantent dans La Luna abitata de Paisiello et La Finta Semplice d'Insanguine en 1768-69. C'est en Pulcinella qu'Antonio chante dans Le Stravaganze del conte en 1772, toujours avec son frère. En 1777, les mêmes participent à L'Armida immaginaria et Il Fanatico per gli antichi romani de Cimarosa, compositeur dont ils accompagnent les débuts. Antonio est également l'auteur de livrets comme la farsetta d'Insanguine Pulcinella finto maestro di musica créée la même année. En 1780, Giuseppe et Antonio reprennent Socrate immaginario de Paisiello, et si Giuseppe se retire vers 1783, on entend encore Antonio dans La Grotta di Trofonio du même compositeur en 1785. En 1790, il reprend Nina de Paisiello juste après la création à Caserte, avec la même Coltellini dans le rôle titre. Casaciello est aussi un interprète hilarant des rôles de Guglielmi, Piccinni, Sacchini... Il chante avec le ténor Vigaroni, les basses Trabalza, Luzio, les sopranos Marianna Monti et Gertrude Flavis...

C'est la mort qui chasse Antonio Casaccia de la scène. Il passe le flambeau et le surnom de Casacciello à son fils Carlo, né en 1768. Fils de Carlo, Raffaele connaît le même succès, de même que son petit-fils Ferdinando, à la fin du XIXe siècle.

Lord Mount Edgecumbe entend Antonio Casaccia et le décrit comme énorme, et chantant toujours en napolitain. La vis comica du chanteur est également célébrée par Burney. Avec Giuseppe, Antonio a participé à un nombre considérable de productions bouffes à Naples et porté au plus haut un art typiquement napolitain, au demeurant difficilement exportable. Des portraits de Giuseppe et Antonio Casaccia ont été laissé par Vivant Denon, qui se trouve à Naples de 1782 à 1787.

La Buona Figliuola Mengotto N. Piccinni 1760 Rome
[Giuseppe] Enregistrement au choix
L'Idolo cinese Tuberone, Pilottola G. Paisiello 1767 Rome
[Giuseppe] [Antonio] Captation de représentations, Naples 1991
Giove piacevole nella reggia di Partenope Giove N. Piccinni 1771 Naples
[Antonio] Extraits : G. Naviglio, Cappella della Pietà de' Turchini dir. A. Florio – Festa napoletana, CD Opus 111, 2001
Armida immaginaria Patro Caspero D. Cimarosa 1777 Naples
[Antonio] P. Guernera, Orchestra del Teatro Bellini di Catania dir. E. Hull – CD Dynamic, 1997
Il Marito disperato Don Corbolone D. Cimarosa 1777 Naples
[Antonio] B. de Simone, Orchestre du San Carlo de Naples dir . A Fogliani – CD Bongiovanni
La Grotta di Trofonio Don Gasperone G. Paisiello 1785 Naples
[Antonio] D. Colaianni, Orchestra Internazionale d’Italia dir. G. Grazioli – retransmission de représentations, Festival de Martina Franca 2016
La Modista raggiratrice Don Gavino G. Paisiello 1787 Naples
[Antonio] B. Praticò, Orchestra e coro del teatro petruzzelli di bari dir. C. Rizzi – captation de représentations, Fermo 1987